Burkina Faso

Rapport de situation

Faits saillants (Il y a 47 jours)

  • Le Burkina Faso est confronté à une crise humanitaire sans précédent liée à une augmentation soudaine de violences.
  • 1,2 million de personnes auront besoin d'assistance humanitaire.
  • Plus de 136 000 personnes ont été forcées de quitter leurs foyers, dont les deux-tiers depuis le début de l’année.
  • Plus de 95% de déplacés internes sont accueillis dans des communautés hôtes.
  • Plus de 950 écoles sont fermées, privant ainsi 119 000 enfants d'éducation.
displacement map EN

URL:

Date:

Burkina Faso

Rapport de situation

Chiffres clés

1.2M
personnes dans le besoin
900K
personnes ciblées

URL:

Date:

Burkina Faso

Rapport de situation

Financement (2019)

$100.3M
Conditions requises
$34.9M
Financement
35%
Progrès
FTS

URL:

Date:

Contacts

Abdoulaye Sawadogo

Team leader OCHA HAT Burkina Faso

Otto Bakano

Public Information Officer

Burkina Faso

Rapport de situation
Contexte (Il y a 47 jours)
Barasalogho-1-13 (1)

DÉPLACEMENTS

En mars 2019, plus de 136 000 personnes enregistrées ont fui leur domicile et sont actuellement déplacées à l’intérieur pays. Plus de deux-tiers d'entre elles ont été recensées au cours du premier trimestre de l’année 2019, ce qui représente une moyenne de 1 000 nouveaux déplacés chaque jour. Par ailleurs, quelque 11 000 Burkinabè ont cherché refuge dans les pays voisins. Le Burkina Faso n’a jamais connu de déplacements de population de telle ampleur.

Les partenaires humanitaires s'emploient à répondre rapidement aux besoins énormes des personnes affectées. Le Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) est le point focal du gouvernement pour la gestion de la crise et les organisations humanitaires s'emploient à accroître l'assistance. Des efforts sont en cours pour améliorer l'alimentation, la fourniture d'eau, les services de santé au bénéfice des personnes déplacées et de leurs familles d’accueil, ainsi que leur protection.

Les tensions et l'insécurité persistent dans de nombreuses zones du pays. Beaucoup de personnes déplacées ont besoin d’un soutien psychosocial et craignent de retourner chez elles. Les autorités, les organisations d’aide et d’autres acteurs réfléchissent à des solutions pour réinstaller les personnes déplacées dans d’autres communautés, ainsi qu’à un règlement pacifique et durable des conflits pour leur permettre de rentrer chez elles.

URL:

Date:

Burkina Faso

Rapport de situation
Réponse d'urgence (Il y a 47 jours)
Foube, Centre-Nord, Burkina Faso, March 2019
Photo: OCHA/Eve Sabbagh

ÉDUCATION

L'augmentation de l’insécurité et des attaques armées a entrainé la fermeture de  954 écoles (898 au primaire et 56 au secondaire), privant d’éducation 119 000 enfants dans six régions. Plus de la moitié des établissements fermés sont situés dans la région du Sahel, durement frappée par la violence. Au total, 4 263 enseignants sont concernés.

Des écoles ont été brûlées et du matériel scolaire détruit. Certains instituteurs ont été menacés, d’autres kidnappés et tués (3 enseignants assasinés à la date 19 mars). Dans certaines localités, aucune école ne fonctionne. La perturbation considérable de l’apprentissage soulève de grandes inquiétudes quant au futur des enfants dans les zones affectées par la violence. 

La communauté humanitaire prévoit de déployer des programmes d’éducation en situation d’urgence pour les enfants de 3 à 17 ans des populations déplacées, réfugiées et retournées ainsi que les autres communautés qui n’ont plus accès à l’éducation. Le programme cible environ 375 000 enfants dans les régions affectées par la violence et a pour but de former les enseignants (éducation à la paix, soutien psycho social, Safe school…), de fournir un soutien psychosocial ou psychologique et du matériel scolaire pour les enfants.

URL:

Date:

Burkina Faso

Rapport de situation
Réponse d'urgence (Il y a 42 jours)
Health FR Blue

SANTÉ

La crise sécuritaire a entraîné la fermeture de 14 formations sanitaires tandis que les prestations ont été considérablement affectées dans 26 autres. Dû àces perturbations, près de 250 000 personnes n’ont plus accès ou ont un accès limité aux services de santé.

Par ailleurs, le transfert de patients vers des centres de santé plus développés se fait de plus en plus difficilement dû au manque d’ambulances. En effet, de nombreux véhicules ont été saisis ou incendiés par des groupes armés, et les évacuations sanitaires sont désormais à la charge des communautés et des patients eux-mêmes. Cette situation est exacerbée par les restrictions de mouvements liées aux couvre-feux et autres décisions administratives, en particulier dans le Sahel et dans l’Est.

URL:

Date:

Burkina Faso

Rapport de situation
Réponse d'urgence (Il y a 47 jours)
image
CERF-funded livestock feed distribution in Sanmatenga

PERSPECTIVES DE RÉPONSE

La présence humanitaire doit être rapidement étendue pour faire face à l'escalade des besoins. Les partenaires au Burkina Faso s’efforcent d’accroître la portée et le rythme des opérations visant à aider le Gouvernement à fournir des services vitaux et à protéger les personnes déplacées et les autres personnes dans le besoin. Des efforts accrus et une coordination de la part de tous les acteurs sont nécessaires pour assurer et maintenir l'accès aux populations affectées.

Une stratégie coordonnée englobant l’assistance humanitaire et le traitement des causes de la crise est nécessaire pour passer de la fourniture de l’aide à la fin des besoins, conformément au Programme pour l’humanité du Secrétaire général des Nations unies. La création de nouvelles opportunités pour la population en termes d’éducation, de génération de revenus et d’accès aux services sociaux de base, en mettant l’accent sur les jeunes et les femmes, est essentielle pour aider les personnes à retrouver leur autonomie et éviter une nouvelle détérioration de la crise.

La communauté humanitaire a lancé un plan de réponse de 100 millions de dollars pour venir en aide à environ 900 000 personnes les plus durement touchées par la crise en 2019. Ils comprennent des communautés accueillant des personnes déplacées et des familles extrêmement vulnérables aux prises avec l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Cette année, environ 676 000 personnes sont menacées par l'insécurité alimentaire et 130 000 enfants sont menacés de malnutrition aiguë sévère.

 

Les actions humanitaires prioritaires incluent, entre autres :

Santé

  • Acquisition de médicaments et prise en charge psychologique et psychosociale des déplacés

  • Construction et appui à deux centres de santé d’urgence sur les sites d’accueil des déplacés de Foubé et Barsalogho

  • Dotation en kits d’urgence dans 20 centres de santé dans les districts de Gorom-Gorom, Thiou, Titao et Djibo dont les CSPS de Kelbo et de Arbinda

  • Distribution des moustiquaires imprégnés à longue durée sur les sites d’accueil des déplacés ;

  • Accès aux services de santé à travers le renforcement des cliniques mobiles, la prévention sanitaire et communautaire, le développement de stratégie adaptée pour l’offre de santé sexuelle et la reproduction ;

  • Vaccination contre la rougeole et la méningite sur les sites de déplacés internes et les districts sanitaires connaissant des flambées de cas

Nutrition

  • Dépistage de la malnutrition aiguë dans les sites de déplacés et parmi les déplacés hors sites. En janvier et février 2019, un total de 12,438 enfants malnutris aiguës sévères (MAS) ont été pris en charge dont 45% dans les régions affectées par l‘insécurité

  • 55,697 enfants risquent de souffrir de malnutrition sévère aiguë en 2019 dans les 4 régions touchées par l’insécurité, représentant 42% des cas attendus dans le pays (133 066).

  • Le service de prise en charge de la malnutrition aiguë sévère a été intégré dans les postes de santé mis en place dans les sites de Foubé et Barsalgho.

  • Dans la région du Sahel, depuis Octobre 2018, 42 sites assurent, deux fois par mois, la prise en charge ambulatoire des MAS sans complications. Au total, 1 270 enfants souffrant de MAM et 508 de MAS ont déjà été admis.

Abris et NFI

  • Renforcer les infrastructures et la capacité d’accueil dans les communautés hôtes.

  • 93 tentes familiales ont été fournies aux personnes déplacées internes installées à Arbinda (Sahel) et à Foubé (Centre Nord).

  • Environ 1700 tentes RHU supplémentaires devront être distribuées dans les régions touchées par les conflits.

  • Des articles ménagers essentiels, y compris des nattes, bidons, seaux, kits de cuisine, couvertures, kits de dignité, lampes solaires, vêtements…, ont été distribués aux ménages déplacés les plus vulnérables dans le Sahel et le Centre-Nord.

Éducation

  • Renforcement des capacités d’accueil des zones hôtes par la mise en place de classes temporaires et la distribution de matériel scolaire.

  • Développement de la stratégie d’éducation en situation d’urgence pour faciliter la réouverture progressive et durable des écoles, y compris le retour des élèves déplacés.

  • Renforcement du cadre de concertation entre ONG, agences des Nations unies et le ministère de l’Education

Protection

  • Trois sessions conjointes de formation sur les principes humanitaires, la coordination humanitaire et les principes clés de la protection sont en cours.

  • Plus de 30 acteurs de programmes et chefs de file sectoriels ont été formés.

VBG

  • Prévention et prise en charge des survivantes de VBG de 6103 personnes des sites de Barsalogho, Djibo, Arbinda, Kelbo (région du Sahel et du Centre-Nord).

  • Distribution de 1500 Kits de dignité dans les sites de déplacés.

  • Formation de 53 agents de santé, travailleurs sociaux et acteurs de la chaîne judiciaire sur la prise en charge intégrée des femmes et des filles victimes de violences basées sur le genre.

  • Développement d’un mécanisme de référencement des survivantes de VBG

 

Protection de l’Enfant

  • Soutien aux services de prévention et de protection des enfants contre les séparations familiales, la détresse psychosociale et les autres formes de violences.

  • Mise en place d’Espaces Amis des Enfants (EAE) et renforcement des capacités techniques des intervenants, dans les sites de déplacés internes et hors-sites, où des activités psychosociales sont menées.

  • Création de 10 espaces communautaires dans le Sahel et formation de 60 mères animatrices encadrant quelque 3 000 enfants.

  • Education à la paix et citoyenneté

  • Formation professionnelle de 360 jeunes, y compris 15 filles PDI à Djibo

  • Distribution de NFI au profit de ménages d’enfants vulnérables

 

EHA

  • Approvisionnement en eau potable à travers de forages et/ou réhabilitations de points d’eau.

  • Distribution de jerrycans et de tablettes de purification ou chloration directe de l’eau au point d’approvisionnement.

  • Mise en place d’infrastructures d’assainissement et d’hygiène dignes, suffisants et salubres.

  • Sensibilisations des ménages sur le traitement de l'eau et le stockage en toute sécurité.

  • Activités de promotion de l'hygiène et sessions de mobilisation des agents de santé et des communautés/personnes déplacées 

MOYENS DE SUBSISTANCE, RELÈVEMENT RAPIDE ET COEXISTENCE PACIFIQUE 

  • Elaboration d’une stratégie de relèvement pour les communautés après les incidents intercommunautaires ;

  • Mise en place d’un plan d’action du secteur en concertation avec les autorités nationales.

URL:

Date: