Burundi

Rapport de situation

Faits saillants

  • 1,7 million de Burundais ont besoin d’une aide humanitaire en 2020
  • Plus de 1 500 Burundais ont été rapatriés volontairement depuis février 2020
  • David Carden, Directeur adjoint de l'OCHA pour l'Afrique occidentale et centrale, effectue une mission de trois jours au Burundi.
  • Le Burundi met en place des mesures préventives contre un éventuel cas de COVID-19
David Carden, Directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, termine une mission réussie au Burundi le 19 février en rencontrant des personnes touchées par les récentes catastrophes naturelles sur le site de relocalisation de Winterekwa dans la province de Bujumbura. OCHA 2020/ Lauriane Wolfe
David Carden, Directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, termine une mission réussie au Burundi le 19 février en rencontrant des personnes touchées par les récentes catastrophes naturelles sur le site de relocalisation de Winterekwa dans la province de Bujumbura. OCHA 2020/ Lauriane Wolfe

URL:

Téléchargé le:

Burundi

Rapport de situation

Chiffres clés

1,74M
Personnes dans le besoin (2020)
630K
Personnes ciblées (2020)
100K
Personnes déplacées internes
1,74M
Personnes en insécurité alimentaire

URL:

Téléchargé le:

Burundi

Rapport de situation

Financement

$113.5M
Requis
$15.5M
Reçu
14%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Jutta Hinkkanen

Chef de Bureau

Lauriane Wolfe

Chargée de l'information publique

Annick Ndayiragije

Chargée de l'information publique

Burundi

Rapport de situation
Contexte
HNO 2020 © OCHA Burundi
HNO 2020 © OCHA Burundi

1,7 million de Burundais ont besoin d’une aide humanitaire en 2020

Vendredi 6 février, OCHA Burundi a publié la synthèse des besoins humanitaires de cette année (HNO) - une analyse complète de la situation humanitaire globale et des besoins associés pour 2020. Ce rapport est le résultat de plusieurs mois de travail des partenaires humanitaires au Burundi.

L'analyse des besoins pour 2020 montre une situation humanitaire comparable à celle de 2019, le nombre de personnes en situation de besoin humanitaire ayant légèrement diminué, passant de 1,77 million en 2019 à 1,74 million en 2020. Parmi les personnes dans le besoin en 2020, environ 53 % sont des femmes, 58 % des enfants, et 15 % des personnes vivant avec un handicap. Pour répondre à ces besoins, la communauté humanitaire ciblera 630 000 personnes parmi les plus vulnérables. Ce chiffre comprend trois groupes de population prioritaires : les personnes déplacées à l'intérieur du pays, les rapatriés et d'autres catégories de population touchées par les situations d'urgence. Des sous-groupes de populations ont également été pris en compte en raison de leur vulnérabilité, notamment les communautés d'accueil, les personnes vivant avec un handicap, les ménages monoparentaux et les enfants séparés et/ou non accompagnés. Comme l'année dernière, la majorité des personnes dans le besoin résident dans les provinces du nord et de l'est du pays.

Comme le souligne le HNO 2020, le Burundi est l'un des pays les plus sensibles au changement climatique et les catastrophes naturelles récurrentes continuent d'avoir un impact régulier sur la situation humanitaire ; elles sont responsables de plus des trois quarts (79 %) des déplacements internes (il y a actuellement quelque 112 522 personnes déplacées au Burundi) et provoquent souvent des urgences localisées. Un total de 1 586 catastrophes naturelles, principalement des pluies torrentielles, des inondations et des vents violents, ont été enregistrées entre octobre 2018 et décembre 2019, avec des impacts incluant le déplacement, la destruction totale ou partielle des récoltes, des maisons, des salles de classe, des réseaux d'eau et des centres de santé.

En 2020, les partenaires humanitaires estiment qu'un total de 114 millions de dollars US sera nécessaire pour répondre aux besoins de 630 000 personnes ciblées.

URL:

Téléchargé le:

Burundi

Rapport de situation
Contexte
Arrivée des rapatriés burundais au centre de transit de Gitara, dans la province de Makamba, en février 2020. Photo : ©UNHCR 2020/Bernard Ntwari
Arrivée des rapatriés burundais au centre de transit de Gitara, dans la province de Makamba, en février 2020. Photo : ©UNHCR 2020/Bernard Ntwari

Plus de 1 500 Burundais ont été rapatriés volontairement depuis février 2020

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et les gouvernements de Tanzanie et du Burundi ont repris le rapatriement volontaire des réfugiés burundais le jeudi 6 février 2020. Au moins 1 500 Burundais ont été rapatriés volontairement depuis lors. L'objectif de rapatrier 2 000 réfugiés par semaine, conformément à l'accord tripartite avec le HCR (de novembre 2019), n'a pas encore été atteint.

Les rapatriés ont été accueillis dans les centres de transit de Gitara (province de Makamba) et de Kinazi (province de Muyinga). Conformément à une recommandation clé de la dernière réunion tripartite, le HCR a augmenté les montants des transferts en espèces pour les rapatriés, passant de 70 000 à 140 000 Fbu pour les adultes, et de 35 000 à 70 000 Fbu pour les enfants. Le Programme alimentaire mondial et le HCR ont également fourni une ration alimentaire pour trois mois (comprenant de la farine de maïs, des haricots, de l'huile et du sel) et des articles non alimentaires (seaux, couvertures, tapis, chiffons et serviettes hygiéniques).

Selon le HCR, un total de 335 642 réfugiés burundais sont restés dans les pays voisins, dont plus de 168 000 en Tanzanie. Depuis le début du rapatriement volontaire le 7 septembre 2017, le HCR a facilité le retour de 81 221 réfugiés burundais dans la région (au 10 mars 2020).

URL:

Téléchargé le:

Burundi

Rapport de situation
Contexte
David Carden, directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, visite les personnes déplacées sur le site de réinstallation de Winterekwa où 3 740 personnes ont perdu leur maison et leurs récoltes à cause des pluies torrentielles et des vents violents en décembre 2019. OCHA 2020/Lauriane Wolfe
David Carden, directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, visite les personnes déplacées sur le site de réinstallation de Winterekwa où 3 740 personnes ont perdu leur maison et leurs récoltes à cause des pluies torrentielles et des vents violents en décembre 2019. OCHA 2020/Lauriane Wolfe

David Carden, Directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, effectue une mission de trois jours au Burundi.

Du 16 au 19 février 2020, le Directeur adjoint d'OCHA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, David Carden, a effectué une mission de trois jours au Burundi pour évaluer la réponse humanitaire en cours et discuter de la manière dont on peut renforcer les efforts de renforcement de la résilience avec les principales parties prenantes, y compris les représentants du gouvernement.

Le 19 février, M. Carden a visité le district de Gatumba dans la province de Bujumbura Rural, qui accueille actuellement près de 10 000 personnes déplacées par les pluies torrentielles survenues les 28 et 29 janvier 2020. Il a également visité le site de relocalisation de Winterekwa, dans la province de Bujumbura Mairie, où des centaines de personnes déplacées sont à l'abri des inondations et des glissements de terrain dus aux pluies non saisonnières. Les catastrophes naturelles représentent 79 % des déplacements internes, et les cinq derniers mois ont été durement frappés par des pluies inhabituellement fortes et des vents violents, provoquant de graves inondations et des glissements de terrain. Il a pu constater comment les partenaires humanitaires travaillent avec des ressources extrêmement limitées pour fournir une assistance humanitaire et des services de protection aux plus vulnérables.

Au cours de sa visite, M. Carden a rencontré des représentants d'organisations non gouvernementales internationales, l'équipe humanitaire de pays, des donateurs ainsi que l'équipe d'OCHA Burundi. Il a également rencontré la plate-forme nationale pour la prévention des risques et la gestion des catastrophes naturelles, le secrétaire permanent du ministère des affaires étrangères et le ministre des droits de la prsonne humaine, des affaires sociales et du genre. M. Carden a souligné l'engagement de la communauté humanitaire à continuer à travailler avec le gouvernement du Burundi dans un esprit de confiance et de respect mutuels pour réduire les besoins humanitaires, et l'importance de collaborer pour faciliter une action humanitaire fondée sur des principes.

Les représentants du gouvernement ont exprimé leur volonté de continuer à travailler avec la communauté humanitaire pour répondre aux besoins des communautés touchées. M. Carden a félicité le gouvernement pour son engagement à soutenir les personnes dans le besoin et pour ses efforts visant à améliorer la résilience des communautés vulnérables. Il a également promis qu'il plaiderait en faveur d'un financement humanitaire supplémentaire pour le Burundi, en particulier pour la reconstitution des stocks d'urgence afin de permettre aux partenaires de répondre rapidement aux différentes catastrophes.

"La capacité de réponse des partenaires humanitaires, compte tenu du manque de stocks d'urgence, est préoccupante. Ils ont besoin du soutien des donateurs maintenant pour assurer une capacité de réponse adéquate afin de répondre aux besoins humanitaires dans les mois à venir", a-t-il déclaré.

URL:

Téléchargé le:

Burundi

Rapport de situation
Contexte
Le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida organise une conférence sur la préparation contre le COVID-19 à l'hôtel Source du Nil le vendredi 6 mars 2020. OCHA 2020/Lauriane Wolfe
Le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida organise une conférence sur la préparation contre le COVID-19 à l'hôtel Source du Nil le vendredi 6 mars 2020. OCHA 2020/Lauriane Wolfe

Le Burundi met en place des mesures préventives contre un éventuel cas de COVID-19

Bien qu'il n'y ait pas eu d'alertes de cas suspects de COVID-19, le gouvernement du Burundi prend des mesures proactives et de précaution pour se préparer à un éventuel cas. Le travail que le Burundi a entrepris pour se préparer au virus Ebola a servi de base solide pour une éventuelle réponse contre le COVID-19. Depuis le début de la nouvelle épidémie virale, les partenaires de la santé s'efforcent d'obtenir un budget d'urgence pour les activités de préparation dans le cadre d'un plan de préparation et de réponse contre le COVID-19, que chaque pays du monde est encouragé à rédiger, conformément aux directives mondiales de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le "Plan stratégique de préparation et de réponse à COVID-19" (SPRP). Le SPRP décrit les mesures de santé publique qui doivent être prises pour aider les pays à se préparer et à répondre à COVID-19.

L'OMS, avec l'aide de l'OCHA et de ses partenaires, a aidé le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida à élaborer un plan de réponse en 72 heures basé sur des scénarios. Les agences des Nations Unies et les ONGI étudient les moyens de soutenir le ministère de la santé en assumant les coûts supplémentaires liés à la mise en œuvre de mesures supplémentaires de prévention et de lutte contre l'infection et au renforcement de la surveillance dans les aéroports et aux autres points d'entrée aux frontières. Le ministère de la santé attend une réponse à une proposition de financement qu'il a soumise la semaine dernière à la Banque mondiale (Actions prioritaires pour contenir, détecter et prévenir COVID-19), demandant environ 5 milliards de francs burundais (environ 2,5 millions de dollars US).

Le jeudi 12 mars, dans le but de se préparer contre COVID-19, le ministère de la santé a modifié sa mesure de quarantaine de deux semaines pour inclure tous les voyageurs en provenance de tous les pays de l'UE ou qui se sont rendus dans un pays de l'UE dans les 14 jours précédant leur arrivée au Burundi. À l'heure actuelle, environ 35 personnes sont hébergées à l'hôtel Source du Nil, propriété du gouvernement de Bujumbura. Le public ne sera pas autorisé à accéder aux locaux de l'hôtel pendant les deux prochains mois au moins. Avant l'application de ce plan, le ministère de la santé a organisé une réunion de sensibilisation à l'hôtel le 5 mars, invitant son personnel, la police, l'unité de protection civile du gouvernement, et d'autres travailleurs potentiels de première ligne dans la réponse COVID-19 à être informés sur COVID-19 afin de les préparer pour les jours à venir. L'objectif de la session était de rassurer le personnel de l'hôtel en expliquant pourquoi ces mesures de précaution sont nécessaires, et ce que les travailleurs de la santé feront pour s'assurer que tout le monde dans les locaux de l'hôtel est protégé.

Les chefs de districts sanitaires du Burundi ont assisté la semaine dernière à une séance d'information, dirigée par l'OMS et le ministère de la santé, sur la prévention des infections et les mesures de contrôle et de surveillance contre COVID-19. Ils devraient diffuser cette information dès que possible en organisant des séances d'information similaires pour leur personnel de santé dans leurs districts respectifs.

Aujourd'hui, vendredi 13 mars, le Coordonnateur résident pour le Burundi a dirigé un atelier, avec OCHA et l'OMS comme points focaux, pour développer un plan d'urgence interne des Nations Unies et un plan de continuité des activités pour COVID-19.

URL:

Téléchargé le: