Burundi

Rapport de situation
Coordination

Au moins 5,5% des 889 Burundais expulsés de Tanzanie testés positifs à la Covid-19

Depuis le 12 janvier 2021, 889 Burundais en situation irrégulière (selon l’administration tanzanienne) ont été expulsés vers le Burundi en passant par la frontière de Gisuru à Cijongo, en commune de Gisuru, dans la province de Ruyigi. Parmi eux, les autorités provinciales et la Croix-Rouge Burundaise (CRB) ont enregistré 49 personnes testées positives à la Covid-19 (5,5%). En date du 25 février, 68 personnes étaient en quarantaine à Cijongo, 30 à Kabanga et 46 à Muhwazi. La majorité des personnes expulsées sont des jeunes hommes entre 18 et 29 ans. Avant de regagner leurs communes d’origine, ils sont mis en quarantaine pendant au moins sept jours.

Face à cette situation critique, une mission d’évaluation multisectorielle rapide du site de Cijongo, conduite par la Plateforme Nationale de Prévention des Risques et Gestion des Catastrophes, le Ministère de la santé et OCHA a été organisée le 10 février afin de constater le niveau de mise en œuvre des actions de réponse pour alléger la souffrance des expulsés de Cijongo. La Gouverneure de Ruyigi ainsi que certaines organisations et agences ont pris part à cette mission: la Croix-Rouge du Burundi (CRB), UNICEF, le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et la Fondation Terre des Hommes. Selon le rapport de la CRB, 60% de ces expulsés sont originaires de la province Ruyigi et 40% des provinces de Karusi, Cankuzo, Gitega, Muyinga, Makamba, Ngozi, Kayanza et Bururi. Au moment de la mission, le site de Cijongo accueillait environ 30 personnes par jour.

Les efforts de solidarité locale déployés par l’administration et la CRB lors des premiers jours ont connu des limites à cause du nombre important de personnes expulsées et les cas positifs à la Covid-19 enregistrés. En soutien aux actions de l’administration, Médecins sans Frontières-Belgique (MSF-B) a installé un tank de 5 000 litres pour approvisionner en eau le camion de la Protection civile dans le site de Cijongo. Le Conseil pour l’éducation et le développement (COPED), sous le financement du HCR, a érigé deux blocs de latrines, comprenant quatre latrines pour les femmes et quatre pour les hommes, et procède en cas de besoin à une désinfection à l’aide d’une solution chlorée. Ces personnes expulsées ont été assistées en abris (tentes) et articles non alimentaires par MSF-B, l’OIM et la CRB à Cijongo, Kinyinya, Kabanga et Mugege (Butaganzwa). La CRB, qui assurait l’alimentation des personnes prises en charge, étendra ce service au site, et l’administration communale de Gisuru fournira le combustible pour la cuisson. Le PAM avait déjà conduit une évaluation rapide des besoins à Cijongo et a suggéré que des repas chauds soient servis pour limiter les contacts des personnes à statut sanitaire différent, et que les expulsés rentrent avec un paquet retour en vivres. Suite aux nouvelles arrivées, les évaluateurs ont proposé au PAM d’établir un caseload estimatif de distribution par semaine.

En date du 9 février, 25 cas positifs à la Covid-19 étaient pris en charge dans les hôpitaux de Ruyigi. Cependant, des défis persistent: le Médecin provincial de Ruyigi a relevé une insuffisance de structures (aire d’isolement à l’Hôpital Rema), d’équipements (ambulance, EPI), de consommables (carburant) et la question des primes pour le personnel de première ligne de riposte contre la pandémie. Parmi les recommandations, un plaidoyer est à faire auprès du Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS) pour que le site de Cijongo soit aménagé comme un point d’entrée, pour qu’une ambulance soit mise à disposition pour le transport exclusif des cas positifs à la Covid-19 du site vers l’hôpital de Ruyigi, pour qu’une aire d’isolement soit aménagée à l’intérieur de l’hôpital Rema, et enfin pour qu’une requête soit adressée aux autorités tanzaniennes dans le cadre d’ « Ujirani mwema » afin qu’elles suspendent les expulsions dans le contexte de la Covid-19 ou bien garantissent la régulation d’un retour ou d’un accueil dignes et sécurisés.

URL:

Téléchargé le: