Burundi

Rapport de situation
Contexte
Le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida organise une conférence sur la préparation contre le COVID-19 à l'hôtel Source du Nil le vendredi 6 mars 2020. OCHA 2020/Lauriane Wolfe
Le Ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida organise une conférence sur la préparation contre le COVID-19 à l'hôtel Source du Nil le vendredi 6 mars 2020. OCHA 2020/Lauriane Wolfe

Le Burundi met en place des mesures préventives contre un éventuel cas de COVID-19

Bien qu'il n'y ait pas eu d'alertes de cas suspects de COVID-19, le gouvernement du Burundi prend des mesures proactives et de précaution pour se préparer à un éventuel cas. Le travail que le Burundi a entrepris pour se préparer au virus Ebola a servi de base solide pour une éventuelle réponse contre le COVID-19. Depuis le début de la nouvelle épidémie virale, les partenaires de la santé s'efforcent d'obtenir un budget d'urgence pour les activités de préparation dans le cadre d'un plan de préparation et de réponse contre le COVID-19, que chaque pays du monde est encouragé à rédiger, conformément aux directives mondiales de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le "Plan stratégique de préparation et de réponse à COVID-19" (SPRP). Le SPRP décrit les mesures de santé publique qui doivent être prises pour aider les pays à se préparer et à répondre à COVID-19.

L'OMS, avec l'aide de l'OCHA et de ses partenaires, a aidé le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida à élaborer un plan de réponse en 72 heures basé sur des scénarios. Les agences des Nations Unies et les ONGI étudient les moyens de soutenir le ministère de la santé en assumant les coûts supplémentaires liés à la mise en œuvre de mesures supplémentaires de prévention et de lutte contre l'infection et au renforcement de la surveillance dans les aéroports et aux autres points d'entrée aux frontières. Le ministère de la santé attend une réponse à une proposition de financement qu'il a soumise la semaine dernière à la Banque mondiale (Actions prioritaires pour contenir, détecter et prévenir COVID-19), demandant environ 5 milliards de francs burundais (environ 2,5 millions de dollars US).

Le jeudi 12 mars, dans le but de se préparer contre COVID-19, le ministère de la santé a modifié sa mesure de quarantaine de deux semaines pour inclure tous les voyageurs en provenance de tous les pays de l'UE ou qui se sont rendus dans un pays de l'UE dans les 14 jours précédant leur arrivée au Burundi. À l'heure actuelle, environ 35 personnes sont hébergées à l'hôtel Source du Nil, propriété du gouvernement de Bujumbura. Le public ne sera pas autorisé à accéder aux locaux de l'hôtel pendant les deux prochains mois au moins. Avant l'application de ce plan, le ministère de la santé a organisé une réunion de sensibilisation à l'hôtel le 5 mars, invitant son personnel, la police, l'unité de protection civile du gouvernement, et d'autres travailleurs potentiels de première ligne dans la réponse COVID-19 à être informés sur COVID-19 afin de les préparer pour les jours à venir. L'objectif de la session était de rassurer le personnel de l'hôtel en expliquant pourquoi ces mesures de précaution sont nécessaires, et ce que les travailleurs de la santé feront pour s'assurer que tout le monde dans les locaux de l'hôtel est protégé.

Les chefs de districts sanitaires du Burundi ont assisté la semaine dernière à une séance d'information, dirigée par l'OMS et le ministère de la santé, sur la prévention des infections et les mesures de contrôle et de surveillance contre COVID-19. Ils devraient diffuser cette information dès que possible en organisant des séances d'information similaires pour leur personnel de santé dans leurs districts respectifs.

Aujourd'hui, vendredi 13 mars, le Coordonnateur résident pour le Burundi a dirigé un atelier, avec OCHA et l'OMS comme points focaux, pour développer un plan d'urgence interne des Nations Unies et un plan de continuité des activités pour COVID-19.

URL:

Téléchargé le: