Cameroun

Rapport de situation

Faits saillants

  • Rapport de situation de la région de l'Extrême-Nord (1-30 juin).
  • Près de 1 000 ménages déplacés internes enregistrés à Tourou-Centre, dans l’arrondissement de Mokolo dans le département du Mayo Tsanaga suite à l’insécurité.
  • Environs 31 ménages affectés par les fortes pluies enregistrées en juin dans le Logone et Chari, avec 640 ménages qui restent sans assistance depuis avril dans la région.
  • L’accès humanitaire est compromis suite aux retours de pluies rendant les routes impraticables, et à la suspension des vols UNHAS
Carte de la région de l’Extrême-Nord
Source: OCHA Les limites et les noms indiqués et les désignations utilisées sur cette carte n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par les Nations Unies

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Chiffres clés

1,2M
Personnes dans le besoin
764K
Personnes ciblées
378K
Personnes déplacées internes
73K
Réfugiés dans les camps
58K
Réfugiés hors des camps (zone rurale)
131K
Personnes retournées

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Financement

$376M
Requis
$67.9M
Reçu
18%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Karen Perrin

Head of Office

Claude Mululu

Chef du Sous-Bureau Maroua

Bibiane Mouangue

Chargée de l'Information Publique

Ariane Maixandeau

Chargée de l'information publique

Cameroun

Rapport de situation
Contexte

Contexte humanitaire

La situation sécuritaire reste instable, caractérisée par des incursions et des attaques dans les départements du Mayo-Sava, du Mayo-Tsanaga et du Logone et Chari frontaliers avec le Nigeria. La situation a été particulièrement précaire dans les arrondissements de Darak (Logone et Chari), dans les localités d’Amchidé et Limani (Mayo-Sava) et dans la zone de Tourou (Mayo-Tsanaga). Selon UNDSS, au moins 23 incidents impliquant des hommes armés ont été enregistrées, avec un bilan de 13 civils tués, dont 2 enfants et 1 femme, ainsi que 12 personnes blessées et 10 autres enlevées. Les incursions des groupes armés non-étatiques (GANE) sont accompagnées de pillages de biens et de bétail, et parfois d’incendies de maisons.

Si le nombre d’incidents sécuritaires ne sont pas plus élevés que les mois précédents, le mois de juin enregistre un record de déplacements de populations depuis le début de l’année, avec 7 653 personnes déplacées internes (PDI), soit plus de 60% du total des PDI enregistrées dans la région depuis janvier 2022. La majorité de ces déplacements ont eu lieu dans le Mayo-Tsanaga à la suite de deux vagues d’attaques de GANE dans l’arrondissement de Mokolo. La détérioration de la situation sécuritaire dans cette partie de la région expliquerait la visite que le Ministre de la Défense a effectué à Mokolo au courant du mois. Une réponse multisectorielle a été mise en place par les acteurs humanitaires pour venir en aide aux PDI et aux autres populations affectées par cette situation.

Les mouvements de retours se sont poursuivis dans le département du Logone et Chari suite au conflit intercommunautaire de décembre 2021. Entre mi-mai et fin juin 2022, le RRM a rapporté le retour de 1 600 personnes dans leurs localités d’origine du Logone et Birni, notamment en provenance de Michiska, Djidabali,N’djamena, Dougoumbra, Kalgoulou, Gô et Tineri. Le retour de 92 ménages retournés, soit 629 personnes, a également été enregistré par le RRM dans le département du Mayo-Danay, notamment dans la localité de Pouss. Toutefois, la dynamique de retour reste mitigée dans le Mayo-Danay dû à un manque de confiance entre les communautés locales. Au 30 juin, environ 15 000 personnes seraient ainsi retournées dans leurs localités d’origine, dont 4 000 en provenance du Tchad. L’appui aux populations retournées reste faible dans la plupart des secteurs dû à un manque de ressources.

Plus de 30 nouveaux ménages ont été affectés par les pluies accompagnées de vents violents à Zina, dans le Logone et Chari. Au 30 juin, environ 640 ménages ont été sinistrés par de violentes pluies dans le Mayo-Danay et le Logone et Chari depuis mi-avril dernier. Ces ménages sinistrés recensent des besoins en abris, articles ménagers essentielles (AME), alimentation, et en eau hygiène et assainissement (EHA), mais la réponse reste limitée par manque de financements.

Le retour des pluies et la dégradation subséquente des routes (qui sont majoritairement en terre) restreint considérablement l’accès aux populations affectées à travers la région. Cette contrainte s’ajoute à celle liée à la suspension des vols UNHAS depuis fin mai. Des évaluations sont en cours pour identifier des voies de contournement pour les mouvements vers certaines localités, notamment pour les déplacements entre les villes de Maroua et de Kousseri.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
EN Maroua COVID-19 lavage des mains a l eau courante et au savon dispositif de lavage des mains mis en place par UNICEF
Maroua, Extrême Nord UNICEF a mis en place des dispositifs de lavage des mains pour les élèves en prévention de la COVID-19 Credit: UNICEF

Education

Selon la délégation régionale de l’éducation de base de l’Extrême Nord (DREB/EN), les résultats régionaux sont irréguliers aux examens de fin de cycle primaire sur les dernières années. Cette tendance, caractérisée par de faibles notes dans les disciplines fondamentales, serait consécutive au déficit important en enseignants, à la surpopulation des classes, à la pratique de la multi gradation, et au faible taux de possession des manuels scolaires. Malgré la mise en place du Programme d’Appui à la Réforme de l’Education au Cameroun (PAREC), l’impact est limité et le recrutement prévu d’enseignants en zones reculées et instables tarde. Suite à un atelier de réflexion sur les zones d’éducation précaire, une étude sera organisée dans 360 communes afin de définir les critères de détermination du statut de Zone d’Éducation Précaire, ainsi que le contenu du paquet d’action afférent à fournir.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
crédit: MSF
crédit: MSF

Santé

Les partenaires ont mené des activités de sensibilisation communautaire sur le bien être psychosocial, l’hygiène mentale, la santé mentale maternelle, l’impact psychologique des violences basées sur le genre (VBG) et la cohésion sociale. Au total, 2 623 personnes ont été sensibilisées dans les localités de Maroua, Mora, Koza, Bogo, Pette, Kousseri, Minawao et Kolofata. De plus, 1 053 personnes ont bénéficié de soutien psychosocial individuels et de groupe dans les localités de Mora, Maroua, Kolofata, Moskota, Tourou, Mozogo, Limani, Sadama, Zamai, Waza, Baldama, Bogo, Pette et Kousseri.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
secu alimentaire
FAO contribue à l'amélioration de la sécurité alimentaire du groupement de Zileng dans l'Extrême Nord à travers développement de l'aquaculture - Crédit: FAO/ Gaelle Mbaye

Sécurité alimentaire

Les partenaires ont distribué des vivres à 67 110 réfugiés (36 231 femmes) dans le camp Minawao dans le Mayo-Tsanaga. Dans le Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone et Chari, 425 ménages (dont 221 femmes cheffes de ménages) ont bénéficié d’un suivi et de conseils pour des activités agricoles, ainsi qu’un accompagnement pour la préparation de la campagne pluviale. Aussi, 375 ménages (dont 195 femmes) ont reçu des visites à domicile pour le suivi sanitaire et nutritionnel de leurs bétails, tandis que 242 ménages (dont 149 femmes cheffes de ménage) ont bénéficié d’un suivi dans la mise en place d’activités génératrices de revenus. En outre, 212 ménages (dont 110 femmes) ont bénéficié de semences à travers une foire aux semences de cultures vivrières dans le Logone et Chari.

Les ministères de l'Agriculture et du Développement Rural (MINADER) et de l'Élevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA)ont lancé un nouveau projet d’appui d’urgence à des ménages de personnes déplacées, retournées et hôtes au Logone Birni. Le projet vise à renforcer les moyens de subsistance à travers l’appui technique aux activités de pêche et d’agricultures, ainsi que de renforcer les structures de paix et de cohésion sociale.

Le secteur rencontre des défis, qui incluent l’insécurité limitant l’accès à plusieurs zones d’intervention, le retard des pluies qui laisse craindre des perturbations dans le calendrier agricole, notamment dans le Logone et Chari, des besoins non couverts subsistant pour les personnes affectées par la période de soudure, et le ravage des cultures par les insectes granivores et les pachydermes.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Nutrition

Les partenaires ont poursuivi leur appui à la Délégation régionale de la santé Publique (DSRP) et aux activités de prévention et traitement de la malnutrition des enfants âgés de 0 à 59 mois. 3 935 enfants (2 001 filles) de moins de 5 ans malnutris ont été pris en charge, dont 174 réfugiés et 278 déplacés internes dans 205 formations sanitaires (FOSA). Par ailleurs, 37 531 enfants ont bénéficié de la fortification à domicile des aliments avec les poudres de micronutriment (MNP) dans les districts sanitaires de Kousseri, Goulfey et Maroua 1.

Les partenaires ont dépisté 70 113 enfants âgés de 6-59 mois, référant 645 enfants avec une malnutrition aigüe sévère (MAS) dans les FOSA pour la prise en charge. De plus, 2 201 enfants avec une malnutrition aigüe modérés (MAM) ont été référés aux groupes de soutien à l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE). Dans les districts de santé de Goulfey, Kousseri, Maroua 1, Mokolo, Mora et au camp de Minawao, les agents de santé communautaires (ASCs) et les membres des groupes de soutien aux activités de nutrition (GSAN) ont effectué 4 809 visites à domicile de suivi auprès d’enfants de moins de 5 ans, et ont organisé 567 séances de démonstration/éducation nutritionnelles. Enfin, 15 504 parents ont aussi été sensibilisés sur les bonnes pratiques de l’ANJE et la prévention de la COVID-19. Une augmentation des admissions dans les centres nutritionnels en ambulatoire (CNA) et les centres de nutrition thérapeutique en interne (CNTI) a été observée les deux derniers mois, avec 3 663 admissions en avril contre 4 000 en juin, dû à la période de soudure et à l’insécurité alimentaire qui prévaut actuellement dans la région.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Crédit: OCHA/Bibiane Mouangue
Amina a été enlevée par un groupe armé non étatique et mariée de force à un combattant lorsqu'elle avait 14 ans. Crédit: OCHA/Bibiane Mouangue

Protection

Les partenaires ont identifié, documenté et analysé 581 incidents de protection dans le Mayo-Sava, le Mayo-Tsanaga et le Logone et Chari. Les incidents les plus répertoriés sont des violations du droit de propriété, vols, destruction des biens, des agressions physiques, des meurtres et des extorsions. La situation sécuritaire instable renforce la vulnérabilité des populations, rend difficile la prise en charge appropriée des cas de protection et limite l’accès de nombreuses localités pour les équipes mobiles de protection.

Les besoins en documentation civile (acte de naissance et carte nationale d’identité) pour les enfants et adultes PDI et retournés dans les départements du Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone et Chari continuent d’être une problématique clé. En juin, 508 certificats de naissance (230 filles) ont été établis et distribués, dont 31 dans le camp de réfugiés de Minawao. Une campagne de sensibilisation sur l’importance de la documentation civile a été organisée, au cours de laquelle 110 personnes (48 femmes) ont été conseillées et orientées pour l'accès aux droits à l'identité légale à travers les différentes procédures. De plus, 9 sessions d'information sur la documentation civile et légale ont été menées avec 925 personnes (367 femmes) dans le Mayo-Tsanaga, Mayo-Sava et Logone et Chari, tandis que 732 personnes ont bénéficié d’un appui pour avoir un document civil. Par ailleurs, 673 registres d'actes de naissance ont été remis à l'agence régionale du Bureau national d’État-civil (BUNEC) par les partenaires. Il subsiste tout de même un besoin non couvert en fournitures de bureau pour la transcription des documents.

Logement, Terre et Proprieté (LTP)

Près de 183 personnes (90 femmes) ont reçu des conseils individualisés sur l'accès à leurs droits LTP dans le Mayo Tsanaga, Mayo Sava, Logone-et-Chari. De plus, 7 sessions d'information sur la sécurisation des transactions foncières ont été menées au profit de 385 personnes (174 femmes) dans le Mayo-Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone et Chari, tandis que 76 cas LTP identifiés (49 femmes) ont bénéficié d’une assistance légale LTP.

Protection de l’enfance

Les partenaires ont apporté un soutienpsychosocial à 925 personnes (432 filles) dans des espaces sécurisés au sein des communautés du Mayo-Tsanaga, Mayo-Sava et Logone et Chari. De janvier à juin, 6 720 personnes sur les 144 190 prévues ont été atteintes, soit 5,3% seulement. Les partenaires ont identifié 22 nouveaux cas d'enfants non accompagnés et séparés, dont 17 enfants séparés (13 filles) qui ont bénéficié d'un soutien psychosocial. Un total de 290 personnes sur les 2 000 prévues a été atteint.

De plus, 20 sessions de sensibilisation sur la parentalité positive ont été organisées avec 197 parents/tuteurs (99 femmes) dans plusieurs localités de Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone et Chari. De même, deux sessions de formation sur les besoins fondamentaux des enfants ont eu lieu dans le Mayo Sava et Mayo Tsanaga au profit de 36 parents/tuteurs.

Les ressources financières limités et l’insuffisance du nombre de partenaires sur le terrain reste une grande difficulté dans la réponse du secteur. Par ailleurs, le manque de boîtes à outils demeure pour les sensibilisations sur la prévention contre les abus et exploitations sexuelles, l’éducation aux risques de mines, le soutien psychosocial et en santé mentale et la documentation civile.

Violences Basées sur le Genre (VBG)

Le prépositionnement des kits prophylaxie post exposition (PEP) dans les FOSA à proximité du site de Bogo, les distributions des kits de dignité aux femmes et filles en âge de procréer, et la prise en charge des frais des soins médicaux pour les survivantes de VBG ont été identifiés comme besoins prioritaires par le secteur. L’insuffisancede ressources financières entrave une meilleure prise en charge des survivant(e)s des VBG, y compris par les cliniques mobiles, ainsi que l’obtention de certificats médico-légaux.

En juin, 9 225 personnes (2 840 femmes et 3 065 filles) ont été sensibilisées sur les thématiques VBG dans les communes de Logone Birni, Kousseri, Bogo, Meri, Kolofata, Mozogo, Maroua 1, 2, 3, Makary, Fotokol, Mora, Mogodé et Mokolo. Aussi, 151 personnes (113 femmes et 38 filles) survivants et à risque de VBG ont bénéficié d’au moins une forme d’assistance (premier secours psychologique, soutien psychosocial, formation aux métiers, orientation, etc.) dans les communautés de Maroua 3, Mora, Koza, Kolofata, Makary, Fotokol, Mozogo et Mokolo. Par ailleurs, les partenaires ont formé 249 femmes et 84 filles à des activités génératrices de revenus (AGR) dans les localités de Maroua 1, Mora et Mokolo afin de renforcer l’autonomisation des femmes et des filles.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Abris/Articles ménagers essentiels (AME)

Dans le Mayo-Tsanaga, 726 kits abris d’urgence transitionnels ont été distribués via le transfert monétaire conditionnel à 345 ménages (2 710 personnes). De plus, 175 ménages (1 666 personnes) ont reçu un kit AME dans le Mayo-Tsanaga et le Mayo-Sava. En réponse au conflit intercommunautaire du Logone Birni, 222 ménages (1 110 personnes) ont reçu un kit d’abris d’urgence transitionnel et 477 ménages (3 702 personnes) ont bénéficié de 1 131 kits abris dans le Diamaré.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Eau, hygiène et assainissement (EHA)

En juin, les partenaires ont réhabilité 11 points d’eau (y compris la redynamisation des comités de gestion) facilitant l’accès à l’eau potable à 8 904 personnes, construit 100 latrines d’urgences (600 bénéficiaires), et sensibilisé 11 184 personnes sur les bonnes pratiques EHA. De plus, 100 kits EHA ont été distribués à 100 ménages (600 personnes).

Des besoins EHA restent non couverts dans les localités abritant les PDI et personnes retournées telles que Domayo, Ardjanire, Tourou, Ouro-tada, Krawa Mafa, Zeleved et Ldaousaf, Majary et Logone Birni.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

CASH

Dans les départements du Mayo-Sava, Mayo-Tsanaga et Logone et Chari, les partenaires ont apporté une assistance monétaire multiusage à 150 ménages. De plus, 50 autres ménages ont bénéficié d’appui monétaire pour la couverture des besoins alimentaires ainsi que la mise en place ou le renforcement des AGR. Un appui monétaire a également été fourni à 6 016 ménages pour l’achat de semences dans les localités de Moskota et Kerawa.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Relèvement précoce

Les communautés d’accueil, les PDI et les réfugiés hors camp ont été sensibilisés sur les lois et les procédures foncières par le Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières (MINCAF) avec pour l’objectif de sensibiliser à la délimitation entre les espaces exploitables et celles inexploitables du domaine national.

Dans le cadre de la construction des infrastructures, il s’est tenu une réunion préparatoire aux travaux de construction de trois forages équipés de pompes à énergie solaire. Deux forages alimenteront un réseau d’adduction en eau potable d’une longueur de 2.5 km avec 5 bornes fontaines. 

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Coordination

Coordination humanitaire

OCHA a coordonné une mission conjointe avec les autorités et humanitaires dans les localités d’El Birké et Inalé dans l’arrondissement de Logone Birni. La mission a établi que les tensions entre les communautés restent perceptibles bien que des retours soient observés dans certains villages. Les besoins urgents liés à la dynamique de retour de la population sont principalement en sécurité alimentaire, EHA et abris/AME.

OCHA a organisé une mission intersectorielle dans les localités de Maga, Pouss et Guirvidig dans le Mayo Danay. La mission a pu confirmer le retour de PDI dans certains villages de la zone avec des besoins dans les différents secteurs. Cependant l’évaluation a relevé que les mouvements de retours dans le département restent globalement mitigés en raison de la persistance de la méfiance entre les communautés locales concernées par le conflit de décembre 2021.

En prélude aux interventions prévues par les acteurs humanitaires en réponse aux déplacements de populations dans le canton de Tourou, dans l’arrondissement de Mokolo, OCHA, conjointement avec les acteurs humanitaires concernés, a organisé une mission de plaidoyer pour obtenir des garanties d’accès humanitaire auprès des autorités civiles et militaires du Mayo-Tsanaga. Ces dernières ont donné des garanties pour le libre-accès des humanitaires dans les différentes localités ciblées.

URL:

Téléchargé le: