Cameroun

Rapport de situation

Faits saillants

  • Région de l'Extrême-Nord
  • 49 incidents sécuritaires qui se sont traduits par 30 morts et neuf blessés ont été répertoriés dans la région de l’Extrême-Nord en novembre 2020.
  • Deux tentatives de vol dans des locaux d’ONG à Maroua et à Kousseri et trois attaques de véhicules sur la route N°1 entre Maroua et Kousseri ont été rapportés.
  • L’axe Maroua-Kousseri via Zina reste impraticable à cause des inondations qui ont affecté plus de 16 000 personnes depuis juillet 2020.
  • 1 500 ménages sont déplacés dans la ville de Kousseri à cause de la crue du Logone, causée par la forte saison des pluies.
Carte des villages inondées Logone-et-Chari, Extrême-Nord, Cameroun
Source: OCHA Carte des villages inondées Logone-et-Chari, Extrême-Nord, Cameroun, Octobre 2020. Les limites et les noms indiqués et les désignations utilisées sur cette carte n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par les Nations Unies.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Chiffres clés

1M
Personnes ciblées
322K
Personnes déplacées internes
68K
Réfugiés dans le camp
46K
Refugiés hors-camp
123K
Personnes retournées
$126.2M
Financements requis
$32.3M
Montant financé

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation

Financement

$390.9M
Requis
$170.2M
Reçu
44%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Carla Martinez

Head of Office

Jean-Marie Stratigos

Head of Sub Office, Far-North, OCHA Cameroon

Marie Bibiane Mouangue

Chargée de l'information publique

Cameroun

Rapport de situation
Contexte
Carte incident de sécurités du mois de Novembre 2020 à l’Extrême-Nord Cameroun
Source: OCHA Carte incident de sécurités du mois de Novembre 2020 à l’Extrême-Nord Cameroun. Les limites et les noms indiqués et les désignations utilisées sur cette carte n'impliquent pas l'approbation ou l'acceptation officielle par les Nations Unies.

Contexte humanitaire

En novembre 2020, les attaques des groupes armés non étatiques (GANE) se sont intensifié, notamment dans le département du Mayo- Sava. Cette situation d’insécurité a poussé 259 personnes originaires d’Adekale, qui s’étaient déplacés à Pouche, Mora Massif et Massare en début novembre à se déplacer à nouveau le 15 novembre 2020. Ils se sont installés à Mora, dans le même département, à côté du poste de police, à la recherche de plus de sécurité. 116 ménages originaires des mêmes localités planifient de les y rejoindre. Cette insécurité a également un impact sur les opérations des organisations humanitaires qui n’ont pas recours aux escortes militaires. Plusieurs d’entre elles rencontrent des difficultés pour la distribution de produits non alimentaires (NFI) dans les localités de Ouzal, Mandoussa, et Zelevet dans l’arrondissement du Mayo-Moskota (département du Mayo-Tsanaga).

Deux incidents affectant les locaux d’ONG dans les localités de Maroua et de Goulfey (Logone et Chari) ont été rapportés. Dans la nuit du 25 au 26 novembre, de l’argent et des téléphones ont été dérobés à des employés d’une ONG pendant leur sommeil dans la localité de Goulfey. Le 27 novembre, des individus se sont introduits dans les locaux d’une ONG à Maroua et ont tenté en vain de voler des motos récemment acquises par l’organisation.

Ces incidents interviennent quelques semaines après ceux de septembre et d’octobre où les locaux d’une ONG ont été cambriolés et deux véhicules volés à Maroua. Les personnes ayant perpétré ces vols semblent avoir été bien informées sur les mesures de sécurité de ces organisations ainsi que leurs équipements.

Les inondations se poursuivent en novembre 2020, notamment dans le département du Logone et Chari, où la crue de la rivière du Logone a provoqué des inondations dans la ville de Kousseri pour la première fois depuis 2012. 1 477 ménages, soit 11 521 personnes, ont été forcés de se déplacer à cause de ces inondations. L’axe Maroua - Kousseri via Zina demeure impraticable à cause de la montée des eaux et les prévisions indiquent que cette situation perdurera jusqu’en janvier 2021. Les démarches administratives mises en place par les Gouvernements camerounais et tchadien dans le cadre de la prévention du COVID-19 dans les frontières rendent difficiles les déplacements entre N’Djamena et Kousseri, qui étaient facilités par les vols humanitaires du PAM (UNHAS) qui reliaient le Cameroun et le Tchad. Malgré le mauvais état de la route nationale N°1 reliant Maroua à Kousseri, ainsi que l’insécurité grandissante dans cette zone, ce trajet reste le seul moyen efficace pour les travailleurs humanitaire d’intervenir dans le département du Logone et Chari. La montée des eaux rend également impossible l’accès par route à la ville de Fotokol dans le département du Logone et Chari. En conséquence, les seuls moyens de transport pour mener des opérations humanitaires dans cette localité sont des pirogues, mais les coûts sont élevés et leur utilisation n'est pas autorisée par certaines organisations. Fotokol héberge plus de 16 500 personnes déplacées internes (PDI). Plusieurs organisations humanitaires dont les procédures sécuritaires ne permettent pas d’utiliser le seul moyen de transport disponible ont des difficultés pour acheminer les denrées et biens destinées à cette population déplacée internes.

Selon l’évaluation des zones de Waza et de Makary dans le département du Logone et Chari conduite par le Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies (UNDSS), deux structures d’ONG capables d’héberger les travailleurs humanitaires en mission ont été identifiées à Makary. En revanche aucune structure n’a été identifiée à Waza, localité qui accueille 4 798 PDI et 5 372 réfugiés hors camp (source HCR et DTM round21). Cette évaluation a été conduite dans le but de faciliter les missions de terrain des organisations humanitaires qui ne pouvaient pas passer la nuit dans ces deux localités et disposaient de peu de temps pour conduire leurs opérations.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Elèves ayant reçu des kits didactiques

Education

Les inondations dans la région de l’Extrême-Nord ont interrompu les activités éducatives dans 104 structures, soit 60 primaires et 44 secondaires. 22 429 enfants (7 368 filles) dans le département du Mayo-Danay et 15 782 enfants (5 623 filles) dans le Logone et Chari étudient dans des écoles relocalisées avec des moyens limités de matériel didactique ou se retrouvent privés d’éducation en raison de l'enclavement.

UNICEF a soutenu la continuité des services d’éducation dans 17 écoles primaires. Cet appui a essentiellement consisté en la fourniture d’intrants didactiques et sanitaires : 17 tentes et bâches, 20 kits écoles, 24 kits récréatifs, 24 cartons de savons. Ceci permettant à 6,355 enfants (2,247 filles) et 55 enseignants (2 femmes) de poursuivre leur activité éducative en dépit du contexte.

Avec le financement du Partenariat Mondial pour l’Education (PME), UNICEF a également procédé à la distribution de kits didactiques (80 kits d'enseignement des mathématiques) et scolaires (21 508 cahiers, 2 265 boîtes de couleurs, 2 269 boîtes de crayons, 208 boîtes de craie, 1 222 sacs, 3 906 ardoises, 14 030 stylos) dans 60 écoles primaires de l’arrondissement de Makari ciblés par le projet, bénéficiant ainsi à 18 520 élèves (6,965 filles) et 106 enseignants (11 femmes).

HCR à travers Plan International a financé l’inscription de 16 439 enfants (7 830 filles) réfugiés dans des écoles maternelles, primaires et secondaires à Minawao. Avec le financement de Irish Aid, ils ont également procédé à la réhabilitation de six espaces d'éveil (soins et développement du jeune enfant - ECCD) et six latrines y compris la construction de six points d'eau pour 600 enfants dont 417 réfugiés (254 filles) et 20 enseignants (10 femmes). L’organisation a également renforcé les capacités de 105 enseignants (51 femmes) dont 77 réfugiés (36 femmes) sur le mécanisme de reportage d'attaques et le mécanisme de feedback.

L’enclavement des zones affectées demeure la principale contrainte pour l’accès humanitaire et renforce la vulnérabilité des enfants en âge scolaire.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
assistance alimentaire

Securité Alimentaire

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a annoncé l’adoption de l’approche cash transfert à travers les opérateurs mobile de transfert d’argent (mobile money) en lieu et place de la distribution des vivres. Pour ce faire des téléphones seront distribués aux 713 bénéficiaires qui seront enregistré par biométrie. Le PAM envisage travailler avec les autres acteurs de la documentation civile pour faciliter l’établissement des pièces d’identités aux PDI.

En amorce à la mise en œuvre de cette nouvelle approche, le PAM a distribué 77 692 700 francs CFA par E-voucher et 2 362 tonnes des vivres à 67 750 réfugiés nigérians,19 080 personnes dans les communautés locales et 40 880 PDI dans le Logone et chari et le Mayo-Sava.

34 ménages déplacés à cause des inondations de Kousséri (Logone et Chari) ont reçu des vivres (sacs de maïs) de l’ONG Codas Caritas.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
santé

Santé

Novembre 2020 a été marqué par la persistance de la pandémie COVID-19 dans la région de l’Extrême-Nord. 70 nouveaux cas confirmés et aucun décès ont été enregistrés dans la région faisant ainsi un cumul de 710 cas confirmés et 13 décès.

Une quarantaine de personnes supplémentaires ont été guéries. Si la tendance générale de la pandémie dans la région a été à la baisse, on a noté néanmoins une flambée de cas dans certains districts de santé notamment à Moutourwa dans les établissements scolaires. Ces foyers ont été rapidement maitrisés grâce au renforcement des mesures de contrôle mises en œuvre avec l’appui des partenaires en particulier, l’OMS et OCHA sous la coordination de la DRSP. Cependant on observe une baisse des performances des districts de santé dans le testing et ceci pourrait expliquer le nombre relativement bas des cas confirmés.

Dans le cadre de la continuité des services de santé, les partenaires ont apporté leur appui dans la mise en œuvre des activités de routine du programme élargi de vaccination (PEV) en stratégie avancée dans les districts de santé de Makari et de Fotokol. Action Contre la Faim (ACF) et ALIMA ont reçu 5 945 personnes en consultations curatives (internes et externes) et 1 775 femmes en consultations préventives (santé de reproduction, consultations pré et postnatales ainsi que des accouchements assistés) dans les formations sanitaires des districts de santé de Kousseri, Mada, Makary et Goulfey (Dabanga, Maltam, Afade, Bodo, Amdjagara, Mara,Goulfey, Goulfey-Gana,Nadji, Hilélé) dans le Logone et Chari. Une faible implication des responsables de ces formations sanitaires et l’absence du partenaire d’appui à l’hôpital de district de Goulfey a cependant été relevée.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
nutrition

Nutrition

En novembre 2020, IEDA Relief a soutenu 19 aires de santé des districts de santé de Goulfey et Kousseri (Logone et Chari) pour le suivi de 2 382 enfants dont 631 enfants de zéro à cinq mois et 1 751 enfants de six à 23 mois, dans le cadre de l’allaitement maternel exclusif, l’alimentation de complément, la poursuite de l’allaitement maternel jusqu’à 24 mois au plus et le suivi de la consommation des MNPs (micronutrient powder). 672 sessions d’éducation nutritionnelle ont également été organisées avec 435 démonstrations culinaires dans ces aires de santé.

UNICEF avec l’appui ses partenaires de mise en œuvre ALIMA, CRF et IMC ont accompagné la délégation régionale de la santé de l’Extrême-Nord (DRSP-EN) dans la prise en charge de 39 964 enfants (soit 21 527 filles et 18 437garcons) souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS) dont 2 051 PDI admis et pris en charge dans les centres nutritionnels ambulatoires pour MAS et centres nutritionnels thérapeutiques (CNAS/CNTI) de la région depuis janvier 2020.

Avec l’appui de ACF, ALIMA, IEDA Relief, 96 255 enfants de six à 59 mois ont été dépistés en communauté par les agents de santé communautaire (ASC) et les PB – Mère (maman chargée de la détection à domicile), tandis que 22 622 gardiens d’enfants de zéro à 59 mois ont été sensibilisés sur les bonnes pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) dans le contexte de la COVID-19. 1 307 séances de démonstrations nutritionnelles ont également été conduites, avec la participation de 15 504 gardiens d’enfants.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
protection

Protection

Une réduction du nombre d’incidents de protection est observée avec 496 incidents de protection en novembre 2020 contre 549 en octobre 2020. Cette diminution s’explique par l’amélioration des voies d’accès, due au retour des eaux, ce qui facilite les mouvements des forces de défense (FDS). Toutefois, le département du Logone et Chari a enregistré le taux d’incidents le plus élevé (41%) suivi du Mayo-Sava (30%) avec comme principaux incidents les vols et pillages (36%) et les extorsions de biens (23%) sur les hommes (83%).

HCR a formé 47 acteurs judiciaires et membres du comité mixte de protection à Mokolo, Mora et Kousseri dans le Mayo-Tsanaga, le Mayo-Sava et le Logone et Chari sur la protection internationale et la réponse juridique en matière de violence basée sur le genre (VBG). HCR a également organisé un atelier d’échange sur la lutte contre les risques d’apatridie et les rôles et responsabilités auquel ont pris part 36 autorités administratives, judiciaires, les officiers d’état civil et personnels de santé dans la région de l’Extrême-Nord. En collaboration avec l’université de Maroua, le BUNEC, HCR a organisé une conférence sur la lutte contre les risques d’apatridie au Cameroun à l’université de Maroua.

216 cas identifiés comme ayant des besoins en documentation civile ont obtenu leurs actes de naissance tandis que 175 autres cas ont été référés dans les centres d'état civil. Deux audiences foraines ont été organisées à Boula (Mokolo) pour 507 enfants IDP. Dans le même cadre, NRC a accompagné 547 enfants dont 327 garçons et 220 filles pour l’obtention de leurs actes de naissance à travers la procédure de jugement supplétif à Makambara, Glo Kotoko et Haigayo (arrondissement de Fotokol) dans le Logone et Chari. Les dossiers de 2 500 enfants vulnérables affectés par le déplacement forcé ont été introduits dans les tribunaux de Kousséri, Mora et Mokolo en vue des audiences pour jugement supplétif. Par ailleurs afin de faciliter l’accès aux services sociaux de base et au mouvement des personnes, NRC a facilité la constitution des dossiers de 350 personnes ayant besoin de carte nationale d’identité (CNI).

Sept évaluations conjointes de protection ont été réalisées dans les localités de Gaboua, Déodere, Pambao Koza, Guiba, Zamalva, Kousseri, Blangoua et Tchakramari dans les trois départements en crise. Les besoins en NFI et abris, sécurité alimentaire, documentation civile et WASH ont été identifiés. HCR et son partenaire Intersos ont assisté 78 ménages en NFI à Blangoua et Guida.

Quatre campagnes et deux activités de sensibilisation portant sur la protection internationale, la COVID-19, les méfaits de la discrimination, l’accès aux services disponibles et la cohabitation pacifique ont été menés auprès de 834 dans les départements affectés par la crise.

La coordination au sein du groupe de travail logement terre et propriété (LTP) et documentation civile reste un défi. Les actions restent éparses avec un faible reporting et référencement des cas. Ces insuffisances ainsi que la réticence des autorités administratives sur les questions de LTP entrainent des blocages dans la réponse du secteur. En ce qui concerne la documentation civile, l’insuffisance des postes d’identification, des centres d'état civil secondaires, du personnel d'état civil, la lenteur administrative et les problèmes liés à la fourniture de l’énergie électrique contribuent à limiter l’accès à la documentation civile. NRC a organisé sept sessions de renforcement des capacités sur les droits LTP à l’endroit des acteurs humanitaires et autorités traditionnelles et leaders communautaire.17 autres sessions de sensibilisation ont été menées sur les thèmes relatifs aux droits LTP et ont touchés 460 personnes soit 312 femmes et 241 hommes dans les localités de Mora, Kourgui (Mayo-Sava), Wosso,welio et Abassouni (Logone et Chari).139 personnes (71 femmes) ont obtenu des cartes nationales d’identité à Oura Data (Mayo-Tsanaga) et à Fotokol (Mayo-Sava).

Les besoins en termes de renforcement des capacités des leaders communautaires sur les droits LTP et les mécanismes collaboratifs de règlement des différends ainsi que la limitation de déplacement des personnes affectées par le déplacement forcé à cause du défaut de carte nationale d’identité demeurent les principaux problèmes sur lesquels le Secteur Protection continue de travailler.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
protection de l'enfance

Protection de l'enfance

UNICEF à travers son partenaire CLIRA a accompagné 400 enfants (208 garçons et 192 filles parmi lesquelles 133 enfants vivants avec un handicap) en rupture scolaire dans des activités de soutien psychosocial. 66 enfants (50 filles et 16 garçons) à risques de mariage précoce, victime de violences, d’exploitation sexuelle, des grossesses indésirées ont également été assistés à travers des conseils, des visites à domicile et des kits hygiène. 167 sessions de dialogues intergénérationnels/interreligieux sur les conséquences de la consommation de drogues, le risque de violence et la protection des enfants pendant la préparation des fêtes de fin d’année dans les trois départements affectés par la crise ont été menés par ALDEPA touchant 2 799 personnes (651 filles, 566 garçons, 1 007 femmes et 575 hommes) sous financement UNICEF. Trois radios locales (CRTV Kousseri, ECHO des Montagnes de Mokolo, Semences de vie de Tokombéré) ont diffusé de messages sur la paix, la tolérance, la non-violence, la cohésion sociale et la protection des droits de l’enfant dans différentes langues locales. En outre, 4 419 mères dont 1 089 sont des mères adolescentes de moins de 18 ans ont bénéficié d’une séance parentale positive avec les travailleurs sociaux de ALDEPA et 30 enseignants et directeurs d’écoles primaires ont bénéficié d’une formation de deux jours sur l’éducation inclusive et la parenté positive.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Personnes ayant reçu une assistance en abris NFI

NFI/Abris

Malgré le besoin important en abris et NFI dans la région de l’Extrême-Nord du fait des mouvements constant des populations, de l’impact des inondations sur les abris et la vétusté des abris existants depuis le démarrage de la crise en 2014, il y’a très peu d’acteurs qui interviennent dans le secteur. Par ailleurs, les autorités administratives sont réticentes en ce qui concerne la distribution de nouveaux kits NFI/abris à ces populations déplacées qui ont créé des sites spontanés, parce qu’elles privilégient pour ces dernières le retour dans leurs localités respectives. L’insécurité croissante dans plusieurs localités de la région constitue également un frein à la réponse du secteur. Par conséquent ,seulement 384 ménages de Zina, Blangoua et Kousséri dans le Logone et Chari, affectés par les inondations ont reçu des kits NFI/Abris de ACDC et Intersos. 2 500 sacs vides ont également été distribués par Codas Caritas à 210 ménages de Blangoua et à 316 élèves de Blaram pour la construction de barrières de protection autour de leurs maisons et de leurs écoles.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
WASH

Eau, Hygiène et assainissement

L’accès dans certaines localités du département du Logone et Chari reste difficile du fait des inondations et les routes sont jonchées de nids de poule. Toutefois deux évaluations des besoins ont été réalisées dans les localités de Ngouzo, Krouang 1, Krouang 2, Mainani, Madagascar 1, Madagascar 2, Goré, Babou, Ngargouzo, Pagui, Marouaré, Bagui et kousseri du 7 au 10 novembre 2020 et à Mora Massaré du 9 au 11 Novembre 2020 dans le Mayo-Sava.1 678 ménages déplacés internes recensés sont dans le besoin urgent d’assistance alimentaire, de NFI/abris et de kits Wash. 45 forages non fonctionnels ont été recensés par SAHELI dans l’arrondissement de Blangoua. Afin d’y apporter une réponse urgente, PUI à travers le mécanisme de réponse rapide (RRM), a réhabilité sept forages à Mora,à Krouang et à Kousseri, construit 40 latrines d’urgence avec dispositif de lavage des mains à Krouang 2, Krouang 1 et Kawadji, touchant ainsi 6 000 personnes dans le Mayo-Sava et Logone et Chari. Par ailleurs, 100 kits WASH et 20 cartons de 10,000 comprimés d’Aquatabs mis à disposition par l’UNICEF ont été distribués par ACDC et APA respectivement à 100 et 1,500 ménages touchées (soit environ 8,000 PDI et hôtes confondus), accompagnés des messages de bonnes pratiques WASH. Malgré la réponse apportée les besoins demeurent importants et un plaidoyer a été mené par le RRM à l’intersecteur pour l’assistance à ces populations sinistrées.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Coordination

Coordination locale

Les réunions de coordination CCCM (Camp Coordination and Camp Management) des sites de déplacés se poursuivent tous les mois sous la présidence des Sous-Préfets. Ces réunions ont été élargies aux délégations régionales des administrations gouvernementales intervenants dans l’arrondissement afin de coordonner la réponse humanitaire aux initiatives du Gouvernement. La présence des sectoriels assure la transparence, la redevabilité et la pérennisation des initiatives des acteurs humanitaires dans les zones affectées. Cinq agences des Nations Unies, neuf ONG, deux agents du Gouvernement, un représentant du comité des déplacés, un représentant des Forces de sécurité (FDS) étaient présents à la réunion de coordination CCCM de Zamay dans le Mayo-Tsanaga.

PUI/RRM a mené une évaluation multisectorielle dans la ville de Kousseri dans le Logone Chari affectée par les inondations du 7 au 10 novembre 2020. 1 477 ménages dont 11 521 personnes sinistrées déplacées internes y sont dans le besoin en NFI/abri, éducation, protection, santé, sécurité alimentaire et WASH.

URL:

Téléchargé le:

Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Masques de protection distribués

Logistique

Dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 et dans le but d’appuyer la capacité de stockage des FOSAs, le PAM a installé des tentes et magasins mobiles à l’hôpital régional de Maroua (deux tentes), à la DRSP (deux tentes et un magasin mobile), à l’hôpital annexe de Yagoua (une tente et un magasin mobile) et à l’hôpital annexe de Mokolo (une tente). Le PNUD sous financement CERF a acquis 400.000 masques parmi lesquels 366.000 ont été distribués au 31 octobre 2020 à 32 formations sanitaires de l’Extrême-Nord.

URL:

Téléchargé le: