Cameroun

Rapport de situation
Contexte

Contexte humanitaire

La situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord demeure préoccupante et volatile. Plus de 10 000 personnes ont effectué des déplacements internes suite à des attaques des groupes armés non étatiques (GANE) contre plusieurs postes militaires dans les localités frontalières avec le Nigéria, dans les départements du Logone et Chari, du Mayo-Tsanaga et du Mayo-Sava. Les villages Zeleved et Krawa Mafa dans le Mayo-Tsanaga et Blamé dans le Logone et Chari se sont vidés de leurs habitants.

Les enlèvements avec demande de rançon se multiplient. Des affrontements entre GANE, causés par des conflits de territoires, sont rapportés dans la zone du lac Tchad. Les autorités administratives du Logone et Chari recommandent d’éviter momentanément les localités de Hilé Alifa et Darack frontalières au lac Tchad. Depuis janvier 2021, au moins 12 enfants ont été victimes de restes d’EEI et deux en sont morts.

Dans le Logone et Chari, un conflit inter-communautaire entre Arabe Choa et Mousgoum dans le canton El Birke de l’arrondissement de Logone Birni a abouti au décès de 22 personnes, 93 blessés, 40 villages incendiés ainsi que le déplacement de 12 569 personnes vers d’autres localités du pays et environ 8 000 personnes vers le Tchad. Le Gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, accompagné de plusieurs Chefs traditionnels et religieux, a effectué une tournée dans la zone pour transmettre le message de réconciliation et cohabitation pacifique du Chef de l’état. Des assistances en faveur des personnes déplacées ont été initiées par les autorités locales avec l’appui des organisations humanitaires. Le 4 août, les autorités camerounaises, les représentants du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) Tchad et Cameroun et plusieurs partenaires ont enclenché le processus de rapatriement des réfugiés camerounais se trouvant au Tchad au cours de la première réunion de la commission de rapatriement volontaire.

Les autorités sectorielles du Logone et Chari en charge de l’agriculture et de l’élevage ont alerté sur le risque d’insécurité alimentaire dû à la rareté des pluies cette année. L’épidémie de rougeole s’est étendue aux districts de santé de Kolofata et Mora dans le Mayo-Sava et Makary, Mada, et Goulfey dans le Logone et Chari. La délégation régionale de la santé publique (DRSP) a activé le plan choléra et assure le contrôle au niveau des frontières pour une riposte rapide avec l’appui des organisations humanitaires.

La communauté humanitaire à célébré en collaboration avec les autorités administratives et sectorielles la journée mondiale de l’aide humanitaire le 19 août. Plusieurs activités telles que des tables rondes et expositions ont marqué cette célébration sous la houlette du Secrétaire général de la région représentant du Gouverneur.

URL:

Téléchargé le: