Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
crédit: MSF

Santé

La vaccination contre la COVID-19 se poursuit dans la région. 3,92% des populations ciblées ont reçu la 1ère dose du vaccin et 0,65% la 2ème dose. Les partenaires ont distribué des médicaments antipaludiques pendant la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier à 88% d’enfants ciblés de 3 à 59 mois.

Plan International a formé 821 Agents de Santé Communautaire (ASC) et les chefs des aires des DS de Maga, Makary, Yagoua, Mora, Meri, Pette et Mindif sur les interventions de santé sous directives communautaires. ALIMA et International Médical Corps (IMC) ont poursuivi la prise en charge gratuite des enfants de moins de 5 ans et réalisé 14 898 consultations curatives, 317 consultations prénatales,118 références et 66 accouchements assistés dans les DS de Mokolo, le camp des réfugiés de Minawao et le centre de santé intégré (CSI) de Kerawa.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), UNICEF, Médecins sans Frontières (MSF), le Comité International de la Croix Rouge (CICR) et la Croix Rouge Française (CRF) ont assisté les populations victimes du conflit intercommunautaire du Logone Birni en kits médicaux d’urgence, moustiquaires et appuis logistiques.

En santé mentale et soutien psychosocial, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), Action Contre la Faim (ACF), la Croix Rouge Camerounaise (CRC) et l’Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (ALVF) ont sensibilisé 16 219 personnes sur les conséquences de la consommation des drogues et comment s’en sortir, l’épilepsie, le stress en milieu professionnel et l’impact de la COVID-19 sur la santé mentale dans les départements de Diamare, le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga. Par ailleurs, 889 personnes en souffrance ont participé aux groupes de paroles/psychoéducation et 280 personnes ont bénéficié d’un accompagnement psychosocial. ALVF également a organisé des sessions de renforcement des capacités de 20 leaders d’associations des femmes sur les premiers secours psychologiques.

L’insécurité et les routes inondées rendent difficile l’accès aux populations vulnérables des DS de Makary et de Mora. De plus, les intrants nutritionnels et les médicaments de prise en charge communautaire au niveau des agents de santé communautaires (ASC) ainsi que le personnel dans les formations sanitaires sont insuffisants pour couvrir la demande. La prise en charge des cas de complications médico-chirurgicales en pédiatrie et la couverture vaccinale du programme élargi de vaccination de routine restent insuffisantes.

URL:

Téléchargé le: