Cameroon

Rapport de situation
Réponse d'urgence
Santé

Santé

Les efforts conjugués de la DRSP, l’OMS, MSF et toute la communauté humanitaire ont permis de maintenir la région parmi les dernières affectées par la COVID-19. 110 cas ont été enregistrés, 63 guérisons et 6 décès entre le début de l’épidémie dans l’Extrême-Nord le 28 avril et le 30 juin. Seulement trois districts de santé sur 31 sont toujours actifs au 30 juin (Maroua 1 et 2 et Pette). Les tests de dépistage rapides sont décentralisés au niveau des districts depuis le 22 juin, ce qui a permis de réduire les retards et les coûts liés à la centralisation des dépistages à Maroua.

En juin 2020, plus de 1.6 tonnes d’intrants COVID-19 ont été acheminés de la coordination centrale de Yaoundé vers l’Extrême-Nord grâce à l’appui logistique des Nations Unies. L’UNICEF a soutenu l’élaboration de la stratégie régionale de communication sur le risque et l’engagement communautaire (CREC / RCCE) et apporte un appui au centre d’appel. Cet appui s’étend aux réunions du comité de communication sur la COVID-19 ainsi qu’au renforcement des capacités du personnel soignant de la région.

Depuis le début de la crise, MSF a mis en place un circuit de triage à l’hôpital régional qui a contribué à lutter contre la propagation de l’épidémie et à promouvoir la continuité des services dans l’enceinte même de l’hôpital. L’OMS a appuyé la DRSP dans la formation de 540 « influenceurs de confiance » (personnels des enseignements secondaires, membres du Conseil National de la Jeunesse, leaders des groupes associatifs, professionnels des médias, personnels de l'administration pénitentiaire, inspecteurs de l'éducation de base etc…). Environ 500 relais communautaires ont été formés avec l’appui de la Croix Rouge Française, Solidarités International, AHA, UNICEF, NRC et Plan-International pour la sensibilisation de proximité dans l’ensemble de la région. Plus de 55 radios ont été mobilisées par le CICR, l’OMS et la CRF pour la diffusion des spots de sensibilisation et des émissions interactives. Le CICR a doté les Centre de Santé Intégrés de Ouzal, Tourou, Mémé, le District Sanitaire de Mora et l’hôpital adventiste de Koza en médicaments pour 3, 630 personnes. Il a également réhabilité un bâtiment de confinement pour l’hôpital annexe de Kousseri.

Si les risques liés à la propagation de la COVID-19 sont pris au sérieux, cette dernière n‘est cependant pas la seule épidémie qui menace les populations de la région. Depuis le début de 2020, 743 cas de rougeole ont été rapportés dans 12 districts de santé – sur 31 au total -- faisant quatre morts. La DRSP a partagé les plans d’action de riposte des districts touchés pour appui dans la campagne de vaccination. L’épidémie de la COVID-19 ayant mobilisé l’ensemble du personnel, la campagne de vaccination contre la rougeole a été reportée. Une stratégie locale a été recommandée par le niveau central et sera mise en œuvre par les districts affectés avec l’appui des partenaires.

Si la menace de poliomyélite semble s’estomper, la surveillance est toujours active pour l’ensemble des maladies sous surveillance épidémiologique. Enfin, la saison des pluies qui a commencé au mois de juin est un facteur saisonnier propice au retour du choléra dont l’épidémie frappe la région chaque année.

La continuité des services de santé est assurée sur l’ensemble de la région malgré l’épidémie de COVID-19. De nouveaux projets en faveur des personnes déplacées internes (PDIs) et des plus vulnérables sont en cours de préparation tel que le retour des programmes de l’International Medical Corps (IMC) en soutien au CSI de Kerawa dans le Mayo Sava, au CSI de Darak et au Centre Médical d’Arrondissement (CMA) de Blangoua dans le Logone et Chari.

URL:

Téléchargé le: