Cameroun

Rapport de situation
Réponse d'urgence
IMG 8011
Amina a été enlevée par un groupe armé non étatique et mariée de force à un combattant lorsqu'elle avait 14 ans. Elle s'est enfuie avec l'aide des forces armées et est prise en charge par des organisations humanitaire dans un camp de déplacés internes dans l'Extrême-Nord. Des milliers de femmes ont été enlevées de force par les groupes armés depuis le début de la crise sécuritaire dans l’Extrême Nord du Cameroun. Crédit: OCHA/Bibiane Mouangue

Violences basées sur le genre

En réponse aux violences basées sur le genre (VBG), 4 357 femmes et filles ont bénéficié des services disponibles dans les espaces sûrs de IRC, Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes, Centre de Promotion de la Femme et de la Famille, Plan International et International Medical Corps. Un total de 20 762 personnes a assisté à des séances de sensibilisations sur l'égalité entre les filles et les garçons, la protection des adolescents contre la violence, la prise en charge en période de stress, la parentalité positive impliquant les femmes et les filles dans la prise de décision entre autres. Deux séances de plaidoyer sur la promotion des droits de la femme et l’importance de sa participation dans la prise de décision ont été menées par IMC auprès de 18 leaders religieux parmi lesquels six femmes. Dans le cadre de l’autonomisation de la femme, 76 filles ont bénéficié d’une formation en couture au Centre de promotion des femmes et filles CPFF Maroua.

La prise en charge des cas d'agression physique n’est pas gratuite dans les établissements de santé et n’est donc pas accessible aux femmes les plus vulnérables. On relève également une insuffisance de kits post-viol dans les formations sanitaires (FOSA). Le besoin en kits de dignité est également recensé et un renforcement de capacités des acteurs humanitaires dans les activités de protection contre les abus et exploitation, notamment en matière de sensibilisation, de dénonciation et du signalement au niveau terrain, est une nécessité. Par ailleurs, le mécanisme de référencement dans la prise en charge des cas VBG peu vulgarisé et peu connu par les acteurs sur le terrain ne favorise pas une prise en charge holistique des survivantes des VBG.

URL:

Téléchargé le: