Central African Republic

Rapport de situation
Contexte
Moussa Tanko bénéficie d’une assistance en semences qui lui permet de nourrir sa famille. ©OCHA/Virginie Bero. Baboua, Préfecture de la Nana-Mambéré, RCA, 2020.
Moussa Tanko bénéficie d’une assistance en semences qui lui permet de nourrir sa famille. ©OCHA/Virginie Bero. Baboua, Préfecture de la Nana-Mambéré, RCA, 2020.

Renforcer la résilience de la population affectée par l’insécurité alimentaire dans la Préfecture de la Nana-Mambéré

Les multiples déplacements forcés suite aux affrontements entre des groupes armés ont perturbé les activités agropastorales, principale source de revenus pour les populations de Baboua et de Gallo à l’ouest de la République centrafricaine (RCA). La dernière analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire révèle une détérioration de la situation alimentaire en RCA en général, notamment dans la Préfecture de la Nana-Mambéré où la population vit aujourd’hui en insécurité́ alimentaire. Cette situation de vulnérabilité déjà alarmante s’est aggravée suite à la pandémie de COVID-19, y compris pour une population de plus de 6 000 personnes à Baboua. Ville frontalière avec le Cameroun, les habitants de Baboua et de Gallo se ravitaillaient en grande partie à partir du Cameroun du fait de la proximité et des coûts abordables des produits. Les restrictions de mouvement liées à la COVID-19 ont accentué encore plus leurs vulnérabilités, car la traversée de la frontière a connu plusieurs restrictions liées à la pandémie.

Avec l'appui financier du Fonds humanitaire pour la RCA, l’ONG DanChurchAid a fourni une assistance en semences et en outils aratoires aux familles en besoin. Les personnes les plus démunies reçoivent également des vivres à travers des coupons électroniques.

Moussa Tanko, un des bénéficiaires de cette assistance, espère avoir de la nourriture pour sa famille, constituée de sa femme et sept enfants, après les récoltes. Eleveur au départ, Moussa s’est converti en agriculteur après avoir perdu ses bétails pendant sa fuite lors des affrontements armés en 2019. « Je n’arrivais pas à nourrir convenablement ma famille. L’appui de DanChurchAid est un geste salutaire pour moi. Car les boutures de manioc reçues et plantées ont poussé et nous en consommons les légumes actuellement. Bientôt je vais récolter les haricots rouges. Ma famille ne mourra plus de faim. » Sur une superficie d’un hectare, Moussa a planté les semences reçues comme haricot rouge, boutures de manioc, maïs et arachide.

Comme Moussa, 625 familles représentant 3 125 personnes à Baboua ont reçu des semences et des houes. Par ailleurs, 375 ménages les plus vulnérables soit 1 875 personnes, parmi elles des veuves, des personnes en situation de handicap, des orphelins et des personnes de troisième âge ont bénéficié de vivres d'urgence à travers des coupons alimentaires électroniques distribués dans les villages Baboua centre, Gallo, Donbayeke et Beloko. Cette assistance leur permettra non seulement de se nourrir, mais protégera également les semences comme les familles ne seront pas obligées, pour pallier la pénurie, de consommer les graines destinées à être plantées.

Même si cette assistance a permis à Moussa et les autres bénéficiaires de relancer les activités agricoles et subvenir à leurs besoins vitaux, d’autres besoins, notamment en eau, hygiène et assainissement restent à être combler.

URL:

Téléchargé le: