Central African Republic

Rapport de situation
Article principal
Brad et Max retrouvent leur famille. ©Plan International/Frédéric Beda, Mbaiki, RCA, 2021.
Brad et Max retrouvent leur famille. ©Plan International/Frédéric Beda, Mbaiki, RCA, 2021.

Après six mois de séparation, Max et Brad ont retrouvé leur famille

En Centrafrique, 2,5 millions de personnes ont besoin de protection, dont 900 000 enfants. Parmi ces derniers, Brad* et Max* respectivement âgés de 13 et 15 ans et habitants de Mbaiki, ville située à 100 km dans le sud de Bangui la capitale. En janvier 2021, ils se sont séparés d’avec leur famille en essayant de fuir les affrontements entre des groupes armés et les Forces armées centrafricaines. « Mon frère et moi avions suivi un groupe de personnes qu’on ne connaissait pas. Nous avons marché pendant deux jours dans la brousse et nous nous sommes retrouvés dans un village proche de Bangui. C’est là que des personnes de bonne volonté nous ont récupéré pour nous accompagner à Bangui », a expliqué Max.

Un drame parmi tant d’autres

Le conflit en Centrafrique a poussé au déplacement plus d’un centrafricain sur quatre. Depuis janvier suite à une flambée de violence, le pays enregistre un niveau de déplacement jamais atteint depuis 2014. Actuellement, 717 000 personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, tandis que 701 000 autres ont trouvé refuge dans les pays voisins.

C’est à travers les activités de sensibilisation qu’organisent les Réseaux communautaires pour la protection de l’enfant (RECOPE) dans le 3ème arrondissement de Bangui que les autorités locales ont remis Brad et Max à l’ONG Plan International pour prise en charge. Les RECOPE comprennent majoritairement des leaders communautaires et abordent entre autres les thèmes relatifs à l’éducation, la santé de la reproduction et les violences basées sur le genre. « Après avoir écouté Brad et Max, nous leur avons fourni un appui multidimensionnel notamment psychosocial et procédé à leur placement en famille d’accueil temporaire à Bangui », explique Amos Namzoka, Gestionnaire des cas à Plan International. Pendant que Brad et Max séjournaient dans une famille d’accueil à Bangui pour leur prise en charge, l'ONG a lancé la recherche familiale en partenariat avec le Ministère des Affaires Sociales afin de retrouver la famille biologique des enfants.

Les retrouvailles

Au cours de ces recherches qui ont duré 3 mois, les agents locaux du Ministère des Affaires sociales ont pu retrouver le lieu où habite la famille biologique des enfants, sur base d’informations et indications que ces derniers leur avaient fournies. Par la suite ils sont pavenus à obtenir le numéro de téléphone des parents qu’ils ont transmis à Plan International. Les parents ont alors été contactés et une rencontre a été organisée avec eux avant la réunification proprement dite. « Lors de cette rencontre, nous nous rassurons que les parents sont prêts à recevoir leurs enfants dans un bref délai, car dans certaines circonstances, ça demande un travail psychologique dans la durée avec la famille », explique Justin Kaseke, Chargé de Protection de l’enfance à Plan International. Suite aux discussions avec la famille, tout était enfin prêt pour les retrouvailles. Sourires jusqu’aux oreilles, Brad et Max ne pouvaient plus attendre longtemps et le 2 août accompagnés par l'ONG, ils retrouvent leurs parents à Mbaiki dans leur concession familiale. Pleurs et rires ont émaillé cet heureux événement. « Imaginez un père qui pensait que ses enfants étaient décédés, et un bon jour on vient lui annoncer qu’ils sont vivants et qu’on va vous les ramener », a témoigné Maka Jasmin le père des deux enfants, les larmes dans la voix. « Je voudrais témoigner toute ma gratitude à Plan International pour la grâce qu’il nous a faite en nous réunifiant avec nos enfants », a conclu Jasmin. 

Entretenir un environnement protecteur

Dans le cadre de son projet « Environnement protecteur pour les enfants, adolescents et les jeunes adultes survivants des différentes formes de violences, y compris les Violences basées sur le genre (VBG) à Bangui » financé par le Fonds Humanitaire pour la RCA, Plan International a réunifié à leurs familles 25 enfants dont 2 dans la ville de Mbaiki et les recherches familiales se poursuivent pour la réunification des 5 autres.  Tous ces enfants se sont séparés d'avec leurs familles suite au conflit. Ce projet a également, entre autres, permis de mettre en place cinq mécanismes communautaires de protection de l’enfant, de prendre en charge une centaine de cas de VBG, d’appuyer en activités génératrices de revenus 90 survivantes de VBG, de délivrer 180 certificats d’actes de naissance aux enfants et d’enrôler plus de 8 600 enfants dans les activités d’appui psychosocial.

*Noms d’emprunt pour la protection des enfants.

URL:

Téléchargé le: