Central African Republic

Rapport de situation
Article principal
Préparation d'une solution chlorée
Le personnel soignant du Centre de santé de Bogoula participe à la session pratique sur la désinfection et la préparation et l'usage d'une solution chlorée. © Gloria Demarchi/Concern Worldwide, Préfecture de l'Ombella M’poko, Octobre 2020

Unir les forces dans la lutte contre la COVID-19

Depuis le premier cas de Covid-19 enregistré en mars 2020, la République centrafricaine (RCA) a recensé 4 911 cas confirmés dont 63 décès (au 18 novembre 2020). Face à cette urgence, l’ONG Concern Worldwide a immédiatement adapté deux de ses projets en cours et a lancé en parallèle deux nouveaux projets en collaboration avec d’autres ONG le long de l’axe reliant la capitale Bangui à Douala au Cameroun – une des zones les plus touchées par la pandémie. 400 000 personnes à travers l’ouest de la RCA bénéficieront de cette forte mobilisation des ONG.

Renforcer les centres de santé

Avant que le pays ne soit touché par la pandémie, Concern Worldwide travaillait déjà avec 13 centres de santé dans l’Ombella M’Poko et la Lobaye, grâce à un financement de la Coopération Irlandaise (Irish Aid), en renforçant leurs capacités à prendre en charge la malnutrition, notamment des enfants. Avec l’arrivée de la COVID-19, l’ONG a rapidement formé les agents de santé de ces centres sur la prévention et le contrôle des infections et a doté les centres en équipements de protection, en dispositifs de lavage des mains et en matériel de nettoyage et désinfection, ainsi qu’en matériel de communication pour sensibiliser la communauté sur les gestes barrières contre le virus.

Depuis juillet, cette même approche a été étendue à 62 autres centres de santé, grâce aux deux nouveaux projets financés par le Bureau de l’assistance humanitaire de l’Agence des Etats Unies pour le développement international (USAID BHA) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Ces centres de santé sont situés le long des axes principaux des préfectures de l’Ombella M’Poko, de l’Ouham, de l’Ouham-Pendé, de la Nana-Mambéré et de la Mambéré-Kadéï à l’ouest de la RCA, qui mènent vers le Cameroun, premier partenaire commercial de la RCA.

Joindre les efforts

Le projet financé par le BHA est mis en œuvre en consortium aux côtés des ONG International Medical Corps (IMC), Conseil Danois pour les réfugiés (DRC) et Oxfam, qui joignent leurs efforts pour lutter contre la propagation de la pandémie, en appui au Ministère de la santé et de la population et des districts sanitaires.

D’autre part, l’accès à l’eau et à des infrastructures sanitaires adéquates étant essentiel dans la lutte contre la propagation de la pandémie, un appui supplémentaire sera apporté dans le cadre du projet financé par l’UNICEF avec la construction de 30 latrines et la réhabilitation de 20 points d’eau parmi les 62 centres de santé appuyés, pour ceux qui ne disposent pas de telles infrastructures.

Impliquer la communauté

Pour sensibiliser les populations aux risques de la COVID-19 et aux mesures barrières, l’ONG s’appuie sur des relais communautaires (RECO) et des « mamans lumières » afin de communiquer au plus près des communautés, y compris les villages isolés, et appuyer la surveillance épidémiologique à base communautaire. Les RECO et les mamanslumières  jouent le rôle de modèles dans la communauté et motivent les autres à adopter les bonnes pratiques afin de réduire les risques de transmission – ceux et celles qui « donnent la lumière » aux autres. Cette approche est utilisée depuis quelques années dans le cadre de projets appuyant les centres de santé. Une centaine de RECO et plus de 600 mamans lumières côtoient plus de 13 000 familles au quotidien dans leurs zones respectives, afin d’améliorer leurs pratiques d’hygiène, de santé et nutrition. En avril et mai, ces RECO et mamans lumières ont été formés sur la prévention de la COVID-19 et équipés de matériel de protection et didactique pour la sensibilisation.

Dans le cadre des deux nouveaux projets de lutte contre la COVID-19, 400 personnes supplémentaires sont en train d’être formées comme RECO, et appuieront ensuite les aires de santé des 62 centres de santé.

URL:

Téléchargé le: