Chad

Rapport de situation

Faits saillants

  • Le gouvernement et ses partenaires identifient les besoins humanitaires des personnes affectées par les crises au Tchad
  • L’implication des personnes affectées dans l’analyse des besoins
  • Les effets du changement climatique s’ajoutent à la liste des crises humanitaires affectant le Tchad
Vue de la salle
21 octobre 2021, N'Djamena. Une vue de la salle de l'atelier. Crédit photo : OCHA/Augustin Zusanné.

URL:

Téléchargé le:

Chad

Rapport de situation

Chiffres clés

5,5M
Personne dans le besoin
4M
Personnes ciblées
523K
Refugiés
406K
PDI
109K
Retournés
361K
Personne dans les communautés hôtes

URL:

Téléchargé le:

Chad

Rapport de situation

Financement

$617.5M
Requis
$185.7M
Reçu
30%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Federica Gabellini

Chargée de l'Information Publique

Augustin Zusanné

Analyste à l'Information Publique

Chad

Rapport de situation
Coordination
Dr Issa MEPDCI
20 octobre 2021, N'Djamena. Le ministre de l'Economie, de la planification du développement et de la coopération internationale à l'ouverture de l'atelier national. Crédit photo : OCHA/Federica Gabellini.

Le gouvernement et ses partenaires identifient les besoins humanitaires des personnes affectées par les crises au Tchad

Le Gouvernement, ses services techniques et ses partenaires (humanitaires, techniques, financiers et de développement) ont analysé les besoins humanitaires des personnes affectées au Tchad, lors d’un atelier national tenu du 20 au 21 octobre 2021 à l’hôtel La Résidence à N’Djamena. Le ministre de l’Economie, de la planification du Développement et de la coopération internationale, Dr Issa Doubragne et la Coordonnatrice humanitaire, Violette Kakyomya ont officiellement ouvert les travaux de cet atelier.

La Coordonnatrice humanitaire présente la rencontre dans son contexte. “L’atelier national de planification humanitaire qui nous réunit ce jour constitue une étape clé du processus devant conduire à l’élaboration d’un plan de réponse humanitaire (HRP) pour le Tchad en 2022”, avait précisé Mme Violette Kakyomya à l’ouverture des travaux.

En lançant officiellement les travaux de l’atelier national, le ministre de l’Economie, de la planification du développement et de la coopération internationale, Dr Issa Doubragne, a affirmé que “Cette rencontre annuelle revêt une grande importance aussi bien pour le Gouvernement que pour la Communauté Humanitaire et de développement, parce que justement les problématiques à la base de ce rendez-vous sont toujours d’actualité et constituent un centre d’intérêt majeur pour tous”

URL:

Téléchargé le:

Chad

Rapport de situation
Coordination
Travail de groupe
21 octobre 2021, N'Djamena. Les participants se sont répartis en six groupes pour mieux approfondir les discussions. Crédit photo : OCHA/Augustin Zusanné

L'implication des personnes affectées dans l’analyse des besoins

Ces deux jours de travaux ont permis de passer en revue les situations de vulnérabilité dans différentes zones du pays et d’en dégager les besoins prioritaires des populations affectées pour l’année 2022. L’analyse sectorielle des vulnérabilités et la projection des besoins ont permis de déterminer les priorités pour 2022.

La particularité de l’atelier de cette année réside dans la participation des représentants des personnes affectées aux analyses de leurs propres besoins humanitaires. Deux représentants de ces deux communautés, venus de Yakoua, province du Lac, ont pris part à l’atelier.

Les discussions ont également pris en compte les thématiques transversales telles que les transferts monétaires, la redevabilité envers les personnes affectées, la centralité de la protection et du genre, le nexus humanitaire-développement-paix ainsi que les personnes en situation de handicap.

Les participants se sont répartis en six groupes pour mieux approfondir les discussions sur certaines problématiques concernant 1) l’analyse des risques et projection des besoins, y compris l’environnement transfrontalier; 2) les aléas climatiques ; 3) la situation d’insécurité alimentaire et de malnutrition ; 4) les urgences sanitaires ; 5) les mouvements de populations (déplacement interne) et 6) le multi-secteur pour les réfugiés.

Le représentant de la Coordonnatrice humanitaire pour le Tchad, Claude Jibidar, résume l’essentiel des résultats des analyses et discussions lors de l’atelier. “A l’issue de l’analyse de la situation humanitaire du Tchad que vous avez parcourue et qui vous a permis de circonscrire le contexte géographique et les vulnérabilités sectorielles des populations, vous vous êtes convenus de renforcer la réponse humanitaire dans les zones de l’Est, du Sud et de l’Ouest qui connaissent la présence humanitaire mais également d’étendre les activités humanitaires dans la zone du Nord où des grandes vulnérabilités de la population sont identifiées.”, a apprécié M. Jibidar, à l’issue des travaux.

URL:

Téléchargé le:

Chad

Rapport de situation
Coordination
Sinistrés_inondations_N'Djaména
3 septembre 2020, Lycée de Walia, N'Djamena. Des sinistrés des inondations ont trouvé refuge au Lycée de Walia dans le 9e arrondissement. Crédit photo : IRC/Rémadji Boul

Les effets du changement climatique s’ajoutent à la liste des crises humanitaires affectant le Tchad

Des analyses faites pendant les deux jours, il apparaît qu’en 2022, le gouvernement et ses partenaires ainsi que les personnes affectées feront face, non pas à trois types de crise comme par le passé, mais à quatre crises dans le pays. Aux trois crises récurrentes (mouvement de populations, insécurité alimentaire et nutritionnelle, et urgences sanitaires), s’ajoute les effets liés au changement climatique.

Nous avons besoin de connaître l’impact de nos actions sur les populations, de savoir que la situation de départ des personnes que nous avons assistées s’est améliorée et que leur capacité à pourvoir par elles-mêmes à leurs propres besoins a été restaurée. C’est à cette ultime finalité que notre action doit tendre pour garder notre crédibilité. Le Gouvernement sera toujours à vos côtés pour jouer sa partition.”, a déclaré Djimet Sou Djimadji, Secrétaire permanent aux ONG et aux affaires humanitaires (SPONGAH), représentant le ministre de l’Économie, de la planification du développement et de la coopération internationale.

Cet atelier est l’aboutissement d’un processus qui avait commencé dans les provinces à la mi-septembre, avec l’analyse des vulnérabilités zonales par les services techniques étatiques, les organisations humanitaires et de développement. Ce sont les résultats des discussions dans les quatre zones (Ouest, Sud, Est et Centre, et Nord) qui ont alimenté les analyses lors des travaux de l’atelier national de N’Djamena.

L’atelier national est une étape importante du cycle de programmation humanitaire qui permet de recueillir les analyses régionales des besoins. Il vise à susciter des discussions sur les besoins prioritaires des personnes affectées et les zones d’intervention humanitaire. Les conclusions de l’atelier sont traduites dans un document appelé Aperçu des besoins humanitaires (HNO) qui sert de base pour planifier la réponse à travers le Plan de réponse humanitaire (HRP). Le HRP permet à la communauté humanitaire, en appui au Gouvernement, de mobiliser les ressources pour répondre aux besoins des personnes vulnérables dans le pays.

URL:

Téléchargé le: