Chad

Rapport de situation

Statut du cluster

Santé

Besoins

L’accessibilité des soins de santé pour les bénéficiaires doit être améliorée et les dispositifs de prévention de COVID-19 renforcés. Actuellement, le centre de confinement de Daboua connaît de plus en plus de difficultés de fonctionnement. Les passagers le contournent pour passer par le Kanem où aucun mécanisme n’est mis en place : ceci constitue un risque de contamination des populations sur tout le territoire national. Par ailleurs, dans le cadre de la surveillance épidémiologique, aucun partenaire n’a été trouvé à ce jour pour appuyer les autorités au niveau de l’entrée de Kinasserom à la frontière avec le Cameroun.

Réponse

Dans le cadre de la réponse contre la COVID-19, l’UNICEF a procédé aux séances de renforcement des capacités des agents de santé en matière de prise en charge COVID-19. Le financement est à hauteur de 33 000 $ soit environ 20 000 000 XAF. Pour sa part, le partenaire IRC assure le fonctionnement du centre de confinement de Daboua. Le lieu de confinement du personnel des Nations Unies à Bol est assuré par le PAM et un accord a été trouvé entre le HCR et une entreprise pour l’aménagement du centre de Baga Sola. Par ailleurs, des efforts ont été réalisés par les autorités gouvernementales, de concert avec l’OMS, dans le cadre du diagnostic COVID-19. En effet, la décentralisation Gen-Expert (appareil à PCR-Polymerase Chain Reaction) est effective au Lac et au Kanem. Le défi majeur de la période a été la volonté manifeste des autorités provinciales de délocaliser le centre de confinement de Daboua vers Bol pour des raisons économiques. Les dispositions de prévention de la COVID-19 ont été renforcées au niveau du site de quarantaine de Daboua et dans les centres de santé du district sanitaire de Liwa : réalisation des activités de sensibilisation auprès de 23 785 personnes, dotation des dispositifs de lavage de mains, de gel hydro alcoolique, de savon liquide, des thermo flash, formation de 350 relais communautaires du district sanitaire de Liwa sur la surveillance et prévention COVID-19, suivi de la donation de 350 kits de sensibilisation COVID-19. 10 689 nouvelles consultations médicales (2 726 refugiées, 3 491 PDI, 4 472 hôtes) ont été pris en charge, dont 40% de paludisme au cours du mois d’août. 60 nouveaux cas de VIH ont été enrôlé et pris en charge dans la file active de prise en charge de VIH/SIDA.

Besoins non couverts

L’approvisionnent en médicaments antipaludique et intrants (TDR) est insuffisant. Les réactifs pour le dépistage du VIH sont insuffisants et il y a des ruptures récurrentes en ARV (antirétroviral) par manque d’approvisionnement. L’approvisionnement en antigènes est en déficit, surtout le Vaccin Anti Rougeole (VAR). L’ambulance du district sanitaire de Liwa est en mauvais état malgré ses multiples sollicitations pour différentes urgences. L’insécurité dans les départements de Fouli et Kaya continue de limiter l’assistance humanitaire dans ces zones.

URL:

Téléchargé le: