Chad

Rapport de situation

Statut du cluster

Eau, hygiène et assainissement

Besoins

Les inondations ont entraîné un besoin énorme en ouvrage hydraulique, en facilités d’assainissement et en besoins de sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène et les mesures barrières au COVID-19.

Réponse

35 nouveaux forages ont été réalisés dont 32 (Amma : 7 forages, Diamérom : 5 forages, Kousseri Fourkoulom : 2 forages, Fourkoulom : 3 forages, Doum-Doum : 1 forage, Kalindoa : 4 forages, Kokolom : 2 forages, Yakoua : 3 forages, Djourou : 2 forages) qui ont été réceptionnés par le ministère en charge de l’hydraulique rurale et urbaine. Un système d’adduction d’eau mobile utilisant un bladder de 20m3 de capacité a été installé sur le site de Kousseri 2.

Sur 623 latrines d’urgence sur lesquelles différentes organisations se sont engagées, 610 ont été construites sur le site de Amma. Ceci laisse un gap de 13 latrines. A Fourkoulom nord, 300 latrines d’urgence (sur un besoin de 361) sont prises en compte par le RRM, 30 latrines sur 56 à Doum-Doum et 70 sur 140 latrines d’urgence à Doum-Doum, 3 404 ménages ont reçu la distribution de kits AME dans trois sites : 474 sur le site de Diamerom, 861 à Ngourtou Koumboua et 2 069 à Fourkoulom.

Dans le cadre de la prévention contre la COVID-19, 40 dispositifs de lavage de main ont été installés sur trois sites, notamment 15 à Amma, 5 à Diamérom et 20 à Kousseri 2. UNICEF a procédé aux séances de renforcement des capacités des agents de santé en matière de prise en charge COVID-19. Le financement est à hauteur de 33 000 USD soit environ 20 000 000 XAF.

Besoins non couverts

En eau :

Il y a nécessité de construire 10 forages additionnels à Fourkoulom et cinq forages à Kousseri.

En assainissement :

En termes de couverture en facilité d’assainissement, sur un besoin total de 3 008, les organisations se sont engagées pour la construction de 1010 latrines d’urgence soit un gap à couvrir de 1 998 latrines. Ce gap représente une somme de 139 860 000 XAF.

En hygiène/COVID-19 :

Les organisations n’ont pas couvert tous les sites avec le paquet minimum de sensibilisation sur les bonnes pratiques d’hygiène (alimentaire, corporelle, vestimentaire, environnementale etc.) ni la vulgarisation des messages clés sur les gestes barrières contre la COVID-19. Le flux de nouveaux PDI va grandissant étant donné les exactions récurrentes des GANE et les inondations dans le département de Kaya. Les ressources des organisations sont limitées. La plupart des organisations attendent les rapports des différentes évaluations récentes pour soumettre les propositions auprès de leurs bailleurs.

URL:

Téléchargé le: