DR Congo

Rapport de situation

Faits saillants

  • Nord Kivu : résurgence de l'épidémie d'Ebola
  • Ituri : plus de 64 000 personnes en attente d’assistance humanitaire dans la zone de Byakato depuis plus d’un semestre
  • Nord Kivu : plus de 31 000 personnes déplacées depuis octobre 2020 vivent dans la précarité dans le territoire de Walikale
  • Tanganyika : nouvelle flambée de Choléra à Kalemie
  • 12 personnes tuées à Beni
U45A1284

URL:

Téléchargé le:

DR Congo

Rapport de situation

Chiffres clés

19,6
millions de PIN
9,6
millions de personnes ciblées
5,2
millions de personnes déplacées en RDC
5,2
personnes atteintes par l'aide en 2020

URL:

Téléchargé le:

DR Congo

Rapport de situation

Financement

$2.1B
Requis
$827.9M
Reçu
40%
Progrès
FTS

URL:

Téléchargé le:

Contacts

Karen Perrin

Cheffe de Bureau a.i., OCHA RD Congo

Emmanuelle OSMOND

Cheffe de bureau adjointe, OCHA RD Congo

DR Congo

Rapport de situation
Article principal
EERC- Ebola Task Force sensitisation to prisoners - Butembo jail-114-XL

Résurgence de l'épidémie d'Ebola au Nord-Kivu : 2 décès enregistrés

Le 7 fevrier, le Ministère de la Santé a confirmé la resurgence de la Maladie à Virus Ebola à Butembo (territoire de Lubero) dans la province du Nord Kivu. Le premier cas confirmé, une femme de 42 ans,dont le mari était malade puis déclaré guéri, est décédé quelques jours auparavant. Elle avait pourtant été vaccinée. Des investigations sont en cours pour détecter la source de la contamination. Le deuxième cas, une femme d’environ 60 ans, issue de la même aire de santé de Masoya, dans la zone de santé de Biena, est décédé le 10 février.

Des équipes du Ministère de la Santé, des agences des Nations unies et des ONGs ont été déployées pour appuyer la riposte locale. Plusieurs autres partenaires se mobilisent également pour soutenir la riposte dans les pilliers jugés prioritaires comme la surveillance, la prévention et le contrôle des infections (PCI), la communication sur les risques et l’engagement communautaire (CREC) et la vaccination.

URL:

Téléchargé le:

DR Congo

Rapport de situation
Contexte
Albertine Ouanzambi (2)

Plus de 64 000 personnes attendent l'assistance humanitaire depuis 6 mois à Byakato

64 197 personnes dont plus de 25 860 déplacés vivent dans la précarité dans la zone de Byakato dans la zone de santé de Mandima depuis plus de six mois (Territoire de Mambasa). 25 862 déplacés et 38 335 retournés, signalés dans quatre aires de santé (Byaka-to-mayi, Byakato-mine, Lukaya et Katanga), sont confrontés à d’importants besoins multisectoriels, dans une zone où les acteurs humanitaires sont quasi-absents à cause de l’insécurité. En effet, des ONG avaient suspendu leurs interventions en 2019, à la suite des hostilités de la communauté envers les équipes engagées contre la riposte de la Maladie à Virus Ebola. De plus, les contraintes logistiques rendent inaccessibles cette zone.

URL:

Téléchargé le:

DR Congo

Rapport de situation
Contexte
1C3A0505

Plus de 31 000 personnes déplacées vivent dans la précarité à Walikale

L’accalmie qui prévalait dans le groupement d’Ikobo du territoire de Walikale depuis le début de l’année, a été interrompue par de nouveaux affrontementsbentre l’armée congolaise et un groupe armé leb23 janvier dans la localité de Buleusa. Plusieurs habitations ont été pillées au cours des affrontementsb.Selon des sources humanitaires et les autorités locales, plus de 12 000 personnes ont été contraintes de se déplacer vers la brousse. Cependant la majorité de la population est retournée le lendemain grâce à une accalmie précaire dans la zone. Une ONG locale a reportés a mission d’évaluation des besoins des déplacés de cette zone, prévue le même jour à cause de l’insécurité.

D’autre saffrontements opposent depuis le 30 janvier l’armée congolaise àunautre groupe armé dans les carrés miniers d’Irameso, Munjuidi, Twamakuru, Beteli, et Kingwe dans les groupements d’Utanda et d’Ihana. Selon diverses sources locales, ces combats ont déjà occasionné un mouvement de populations vers les villages de Binyampuri, Lubonga, Luvungi et Mpofi, mais l’ampleur n’est pas encore estimé. Pour l’heure, la tension reste vive dans la zone et un risque de nouveaux déplacements est à craindre.

Par ailleurs, les autorités locales de Kalonge et l’association Commission de développement et de mouvement de population Kalembe-Kalonge (CDMPK) ont rapporté l’arrivée, depuis le 15 janvier, de plus de 5 600 personnes déplacées dans cette localité de la zone de santé de Pinga. Ces personnes ont fui des violences armées dans les villages de Munsanga, Muteresi, Kisone ainsi que dans le village de Kazuba du groupement de Kisimba. La majorité de ces déplacés se trouve en familles d’accueil, tandis que 1 750 autres personnes se sont installées dans le site de déplacés de Kalonge géré par l’OIM, selon les mêmes sources. Tous ces ménages se retrouvent dans une extrême vulnérabilité et ont besoin d’assistance dans tous les secteurs. Pour l’heure, aucun acteur humanitaire n’est présent dans la zone, faute de capacités.

URL:

Téléchargé le:

DR Congo

Rapport de situation
Contexte
U45A3805

Le choléra reprend du terrain à Kalemie

Au moins 43 cas de choléra ont été enregistrés dans les aires de santé de Kisongo, Wimbi et Tabac-Congo dans la Zone de Santé de Nyemba depuis décembre 2020. Selon les responsables du Bureau Central de la Zone de Santé, ces aires de santé n’avaient pas notifié de cas de choléra depuis janvier 2020.  Cette nouvelle flambée serait due au manque d’eau potable, à la mauvaise gestion des déchets et au non-respect des règles d’hygiène.

Dans la région, les patients affectés par le choléra sont transportés sur des tipoy vers l'unité de traitement du choléra (UTC) de Kabimba, exposant ainsi le personnel de santé et les populations à des risques élevés de contamination le long du trajet. Les autorités locales ont plaidé pour un appui technique de l’OMS et de l’UNICEF pour la mise en place effective de la stratégie de quadrillage dans les aires de santé affectées.

URL:

Téléchargé le: