DR Congo

Rapport de situation
Contexte
Ake SudKivu (36)-XL
Discussion avec les familles affectées, hôtes et déplacées qui ont bénéficié d’une assistance en abris et santé. Ake, Sud-Kivu, Octobre 2021.

Aux côtés des populations, avec le Fonds Humanitaire

Du 11 au 15 octobre 2021, une délégation de représentants de cinq principaux pays donateurs - Allemagne, Belgique, Canada, Pays-Bas et Suède - ont séjourné dans l’Est de la République démocratique du Congo pour s’enquérir de l’impact des projets financés par le Fonds Humanitaire.  En Ituri, au Sud et au Nord Kivus, les membres de la délégation tenaient à écouter les bénéficiaires, organisations humanitaires et les autorités locales sur l’importance de ce Fonds auquel leurs pays contribuent. Grâce à ces conversations avec des personnes affectées par les crises, parfois sous un manguier comme à Ake au Sud-Kivu, ces donateurs ont appris davantage sur les défis auxquels sont confrontés les populations.

La partie littorale du Territoire de Fizi où se trouve Ake est devenue une zone d’accueil pour les personnes déplacées. La solidarité entre les populations prime en pareille circonstance et l’assistance humanitaire est essentielle. Entre juin et septembre 2020 et plus récemment en mai 2021, des milliers de personnes ont fui les affrontements entre les groupes armés de la région verdoyante des Hauts-Plateaux de Minembwe. La région a également été impactée par des pluies torrentielles qui ont ravagé une grande partie des champs et des maisons. Pour soutenir les familles affectées, le Fonds Humanitaire a financé des interventions en abris, soins de santé primaires, nutrition et services en eau, hygiène et assainissement, mises en œuvre par les organisations partenaires A Mahagi, dans la province de l’Ituri qui compte plus de 1,7 million de personnes déplacées internes, la délégation a visité une clinique mobile et l’Hôpital général de référence. Grâce aux financements du fonds Humanitaire, ces deux structures sanitaires sont soutenues en soins de santé par le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) et Caritas Bunia. Dans la même zone, des survivantes de violences sexuelles ont bénéficié d’un suivi médical et psychosocial, fourni en complémentarité avec d’autres organisations. La délégation a également rencontré des acteurs du secteur agricole, dont les groupements agricoles et les associations villageoises d’épargne et de crédit, parmi lesquelles des personnes déplacées. Les activités génératrices de revenus et de relance agricole mises en place par COOPI ont permis à de nombreuses  familles hôtes et déplacées de payer les frais scolaires de leurs enfants, d’aller à l’hôpital pour se soigner ou encore de manger à leur faim. Un membre du groupement agricole a exprimé sa gratitude au nom de la jeunesse « Les jeunes ne savaient pas qu’on pouvait gagner sa vie avec l’agriculture. »

Soucieux de la durabilité des activités de Fonds Humanitaire, les donateurs se sont également entretenus avec des bénéficiaires de services en eau, hygiène et assainissement. A Mahagi et Bunia, les ONG congolaises PPSSP et ADSSE y ont mis en œuvre deux projets qui ont permis d’augmenter la déserte en eau, tout en contribuant à lutter contre les maladies hydriques à Bunia, ville accueillant plusieurs milliers de personnes déplacées.

Financer la réponse humanitaire pour continuer à sauver des vies

L’engagement des bailleurs, dont l’Allemagne, la Belgique, le Canada, l’Irlande, le Luxembourg, le Maroc, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède, a permis d’atteindre une enveloppe totale de 53,5 millions USD. 20,6 millions USD sont également à disposition pour la période 2022-2024, grâce à l’Allemagne et à la Belgique.

Pour les donateurs, il est essentiel que les fonds parviennent aux personnes les plus vulnérables le plus rapidement possible, tout en soutenant les efforts déployés au niveau local. Garantir un soutien continu pour couvrir les besoins humanitaires en RDC reste essentiel.  « La Belgique est engagée dans le financement flexible et multi-annuel, car nous estimons que les acteurs humanitaires ont besoin de prévisibilité pour mieux envisager les financements, et de flexibilité pour répondre plus rapidement tout en considérant l’expertise des acteurs du terrain. » Alessia Veri, Unité des Affaires Humanitaires en Belgique.

« Pour nous - en tant que plus grand donateur du Fonds Humanitaire en RDC - il est extrêmement important de voir de première main l'impact de notre financement. Visiter les sites des projets et parler aux bénéficiaires a été très utile. L'Allemagne continuera à soutenir le travail d'OCHA en RDC. Nous espérons que d'autres donateurs continueront à se joindre à nos efforts dans cette crise sous-financée. » Johannes Ulke, Conseiller politique à l'Ambassade d'Allemagne.

Durant la visite, les donateurs ont également mis l’accent sur l’importance d’assurer un meilleur engagement des communautés dans les processus de consultation et de renforcer le lien entre l'humanitaire et le développement. « Le Fonds Humanitaire est un mécanisme très important pour nous les bailleurs, en plus des autres mécanismes existants. Nous sommes préoccupés par les situations urgentes continues constatées sur le terrain, et nous souhaitons continuer notre discussion avec les partenaires que nous encourageons et remercions. Nous espérons une meilleure stabilité et une paix durable en RDC. » a déclaré Nancy Foster, Cheffe de la Coopération à l’Ambassade du Canada.

Créé en 2006, le Fonds Humanitaire fête ses 15 ans cette année. Tout au long de cette crise humanitaire prolongée, le Fonds Humanitaire s'est adapté et s’est renforcé pour permettre aux acteurs humanitaires de répondre aux crises plus rapidement et plus efficacement, malgré les défis opérationnels.

URL:

Téléchargé le: