Mali

Rapport de situation
Analyse
FUCVPxzX0AAgctA
Mopti, mai 2022 : Discussion avec une déplacée cheffe de ménage avec six enfants à charge. Elle a bénéficié de plusieurs assistances dont un appui pour la mise en œuvre d’une AGR dans le domaine de l’élevage. Crédit : Alassane Sarr/OCHA.

Le Coordonnateur des secours d’urgence au Mali : « Travailler ensemble sur l’humanitaire, le développement et la consolidation de la paix pour donner de l'espoir aux maliens »

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Martin Griffiths, a effectué une visite au Mali du 28 au 31 mai. Cette mission visait à attirer l’attention de la communauté internationale sur la détérioration de la situation humanitaire au Mali et la nécessité d'un soutien accru.

Cette année, les affrontements entre les groupes armés se sont multipliés, provoquant de nouveaux déplacements massifs de population dans le centre du pays mais aussi dans le nord-est. Les derniers en date concernent la région de Ménaka. A ceux-ci, s’ajoutent les effets du changement climatique et l’incapacité des populations des zones touchées par le conflit, de mener correctement leurs activités socioéconomiques. Plus de 370 000 personnes sont déplacées internes. Tous ces facteurs ont eu pour conséquence l’aggravation de la vulnérabilité, l’augmentation du nombre de personnes en insécurité alimentaire et nutritionnelle (un malien sur quatre). De juin à août 2022, 1,8 million de personnes seront en insécurité alimentaire aiguë contre 1,3 million en 2021.

Durant sa mission de quatre jours, M. Griffiths a rencontré le Premier Ministre, le corps diplomatique, les bailleurs humanitaires, les représentants des organisations humanitaires et les mouvements signataires des accords de paix. Il a aussi eu des échanges avec des déplacées internes et des responsables communautaires à Mopti. Ces différentes rencontres lui ont permis d’avoir une meilleure connaissance de la situation extrêmement complexe du Mali ainsi que ce qu’il faut entreprendre pour intensifier la réponse humanitaire.

Au terme de sa mission, il a lancé un appel pour assurer un meilleur accès humanitaire aux personnes affectées. Il a affirmé avoir « des inquiétudes quant à l'évolution de cette crise et à son impact sur des millions de maliens ». Avant d’ajouter : « je crois que le Mali peut sortir de cette crise, mais pas sans que nous travaillions tous ensemble. Un dollar investi au Mali est un dollar bien dépensé, et nous devons faire en sorte que cela se produise ».

A ses interlocuteurs, il a promis de porter la voix du Mali. Ce qui a été fait le 6 juin à New-York lors de la réunion d'information des États membres des Nations Unies sur la situation humanitaire au Mali. Une occasion de réitérer son appel. « Il était important pour moi de me rendre au Mali, où les besoins humanitaires ont atteint un niveau sans précédent, le plus élevé depuis le début du conflit en 2012 ».

URL:

Téléchargé le: