Mali

Rapport de situation
Analyse
photvirgo
Mopti, décembre 2019 : « Face à la barbarie humaine, j’avais perdu foi en l’humanité. Mais savoir que quelque part dans le monde, des gens pensent à nous aider sans toutefois nous connaître, me réconforte. Dites-leur merci de ma part, » a dit Kadidia Barry, déplacée interne bénéficiant de l’assistance alimentaire du PAM. Crédit : Virgo Edgar Ngarbaroum/PAM

1,1 million de personnes seront à risque d'insécurité alimentaire sévère durant la période de soudure

La situation alimentaire du Mali s’est détériorée par rapport à l’année dernière selon les résultats de l’analyse du Cadre Harmonisé (CH) de novembre 2019. Entre octobre et décembre 2019, environ 3,6 millions de personnes étaient en situation d'insécurité alimentaire, dont près de 650 000 en insécurité alimentaire sévère* et avaient besoin d’une assistance alimentaire d’urgence. A titre comparatif, 185 000 personnes étaient en insécurité alimentaire sévère à la même période en 2018.

En effet, le CH prévoit que durant la période de soudure de juin à août 2020, près de 4,9 millions de personnes seront en situation de risque ou d'insécurité alimentaire dont 1,1 million en phase sévère*. Ces chiffres représentent le niveau le plus élevé enregistré au cours des cinq dernières années. 

La région de Mopti est la plus affectée par l’insécurité alimentaire. Durant la période de soudure, les prévisions révèlent que deux personnes touchées par l’insécurité alimentaire sévère sur cinq (soit 456 000 sur 1,1 million de personnes affectées) seront dans cette région si aucune action de renforcement de l'assistance n'est prise maintenant pour inverser cette tendance.

Le contexte opérationnel marqué par les conflits constitue la cause principale de l'insécurité alimentaire dans les régions du nord et du centre du Mali où les surfaces cultivées ont diminué. Dans les zones affectées par les conflits comme dans la région Mopti où près de 20 pour cent des villages n’ont pas ou ont peu cultivé en 2019, la période de soudure s’étend sur presque toute l’année. Le besoin d’assistance alimentaire est continu dans ces zones.

Par ailleurs, des milliers de personnes sont forcées au déplacement et n’ont pas accès à leurs champs ou à leurs autres activités génératrices de revenus. Selon les données de la Commission Mouvement de Populations publiées, au novembre, le pays comptait plus de 201 000 personnes déplacées internes dont plus de 100 000 nouvelles personnes déplacées enregistrées en 2019. Ces déplacements ont eu pour conséquence, une baisse significative de la production agricole et la perte du bétail. De plus, le confinement de certaines communautés vivant dans les zones de conflit limite leur accès aux marchés et aux moyens de subsistance.

D’autres facteurs ont contribué indirectement à la détérioration de la situation alimentaire. Il s’agit du dysfonctionnement des marchés du fait de l’insécurité et des inondations des mois de juillet et août 2019. Elles ont fait 90 000 sinistrés et entraîné des dégâts matériels dans plusieurs régions du pays.

En 2019, les partenaires humanitaires, en coordination avec le gouvernement du Mali, ont fourni une assistance dans le secteur de la sécurité alimentaire à plus de 960 000 personnes.

*Il s'agit des personnes en phase 3 ‘’crise’’ et en phase 4 ‘’urgence’’.

URL:

Téléchargé le: