Mali

Rapport de situation
Analyse
partenaires par région

Les partenaires arrivent à surmonter les difficultés liées à l’accès humanitaire pour fournir l’assistance

Bien que parfois compromis par endroits, l’accès humanitaire reste largement possible au Mali. Les interventions humanitaires se poursuivent dans toutes les localités du pays où elles sont nécessaires. Elles peuvent être temporairement limitées ou retardées par l'insécurité sans pour autant aboutir à une cessation complète.

Toutefois, il convient de noter que le niveau de déploiement des acteurs humanitaires varie d’une région à une autre. La présence des organisations est plus importante en nombre dans les régions touchées par les conflits notamment dans le nord et le centre du pays que dans le sud (cf. graphique). Cette situation pourrait s’expliquer, entre autres, par l’ampleur des besoins humanitaires, les fonds disponibles et les capacités d’adaptation aux conditions d’accès.  

Les contraintes d’accès sont principalement causées par les activités des acteurs armés, les tensions inter communautaires, l’utilisation des engins explosifs improvisés et l’absence des autorités politico-administratives et des forces de défense et de sécurité dans certaines localités.

Au total, 180 incidents criminels ont touché des organisations humanitaires en 2019 comparativement à 58 incidents sécuritaires durant le premier trimestre de 2020. Des incidents, tels que les contrôles irréguliers, les détentions arbitraires de personnels humanitaires, les introductions par effraction dans les locaux des organisations humanitaires notamment à Ménaka, les menaces d’enlèvement et les vols de véhicules, continuent d’être rapportés dans le nord et le centre du pays.

La menace relative aux engins explosifs improvisés dans les régions du nord et du centre et les risques générés par les conflits inter communautaires, en particulier dans la région de Mopti, peuvent parfois bloquer ou ralentir les mouvements des organisations humanitaires et entraver l'accès des populations civiles aux moyens de subsistance et aux services sociaux de base.

De plus, les contraintes logistiques, notamment les infrastructures routières endommagées (par exemple la destruction des ponts) retardent aussi les interventions humanitaires, la libre circulation des populations ainsi que leurs accès aux services sociaux de base et aux moyens de subsistance.

L'accès humanitaire est aussi ralenti par certaines mesures barrières visant à freiner la propagation de la COVID-19 comme par exemple l’interdiction de regroupement qui se traduit par la nécessité d’étendre la durée de certaines opérations de distribution de vivres ou de biens non alimentaires. 

Malgré l'environnement de sécurité instable et le contexte de COVID-19, les acteurs humanitaires continuent de fournir une assistance dans le centre et le nord du Mali en utilisant des approches d'acceptation communautaires avec une adaptation à chaque contexte tout en respectant les principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance.

URL:

Téléchargé le: