Niger

Rapport de situation
Réponse d'urgence

Le gouvernement et ses partenaires se mobilisent pour trouver des solutions

Pour pallier ce besoin et s’assurer que les enfants jouissent de leur droit à l’éducation selon la Convention Internationale des droits de l’enfant, ratifiée par le gouvernement du Niger, les acteurs du secteur au niveau national et régional se sont mobilisés pour trouver des solutions. Ils se sont réunis le 20 novembre à Tillabéri autour du Secrétaire Général du Ministère de l’Éducation Nationale, avec la participation de la Direction Régionale de l’Éducation Nationale (DREN), les Directeurs Départementaux de l’Éducation nationale (DDEN), les inspections de l’éducation, les partenaires techniques et financiers (PTF) et OCHA. Ils ont recommandé d’organiser une rencontre entre le Ministère de l’Education National (MEN) et les Ministères en charge de la question sécuritaire afin de trouver des mécanismes permettant la continuité pédagogique, de promouvoir des solutions innovantes telles que la formation à distance, numérique, radio télé ; sous forme de recherche-action afin d’assurer la continuité pédagogique dans la région. Ils ont en outre recommandé d’identifier les centres de regroupement pour accueillir les déplacés en fonction des besoins de la localité, de promouvoir le recrutement local des enseignants, d’organiser des missions conjointes avec les partenaires pour faire l’état des lieux des écoles fermées et les besoins intersectoriels, de renforcer les capacités de l’encadrement pédagogique en dotant les DDEN et les inspections de moyens roulants et de prendre des mesures incitatives  dans les zones d’insécurité pour motiver toute la chaine des acteurs de l’éducation.

En outre, d’importantes ressources financières doivent impérativement être mobilisées par l’ensemble des acteurs humanitaire et de développement afin de mettre la réponse à l’échelle des nombreux défis de l’école. C’est maintenant qu’il faut agir ; après ce sera trop tard. Des initiatives sont en cours telles que le programme multi année (MYRP) financé par « Éducation can not wait » et endossé par le Niger avec un fonds d’amorçage de 11.6 millions USD et le fond humanitaire régional de 1.06 million USD qui vise la réouverture de 150 écoles et la mise en œuvre des offres alternatives d’éducation dans la région de Tillabéri. L’éducation figure au nombre des secteurs les moins financés dans le plan de réponse humanitaire 2021. Au 30 novembre, seulement 3.4 sur les 16.5 millions de dollars américains requis ont pu être mobilisés, soit 20.5%.

URL:

Téléchargé le: