Niger

Rapport de situation
Analyse

La région de Maradi fait face à une crise humanitaire sans précédent

Ces dernières années, les impacts du changement climatique et l’insécurité ont déstabilisé l’économie dans la région de Maradi et accentué les vulnérabilités de certains groupes de populations, telles que les personnes déplacées internes (PDI) à la recherche d’un environnement plus sécurisé. Selon UNDSS, la région a enregistré plus de 127 attaques d’individus armés non identifiés en 2020, opérant le long de la frontière avec le Nigéria, avec de graves violations des droits humains y compris les enlèvements, les vols de bétails, les assassinats, les viols et les violences physiques dans les départements de Madarounfa et Guidan Roumdji, notamment.

En avril 2021, le HCR dénombrait près de 81 086 réfugiés nigérians qui ont été préenregistrés. Parmi eux, il y a 12 080 nouvelles arrivées depuis le début de l’année, contre 70 000 au 31 décembre 2020. Cette situation risque de plonger la région dans une précarité sans précédent au regard de l’augmentation des besoins multisectoriels. À la date du 17 avril 2021, l'enregistrement biométrique diligenté par le HCR et le gouvernement du Niger (Commission nationale d'éligibilité, CNE) fait état de 46 172 réfugiés nigérians (12 080 ménages), dont 68% sont des mineurs, 23% des femmes et 9% des hommes. Parmi ces personnes ayant fait l’objet d’enregistrement biométrique, 15 364 sont des Personnes à Besoins Spécifiques (PBS), soit 33%.

En plus, la détérioration de la situation sécuritaire continue de pousser des personnes à se déplacer à l’intérieur de leur propre pays. Beaucoup de ménages sont dépossédés de leurs moyens de subsistance suite aux nombreuses incursions de ces groupes armés réputés dans le vol de bétail. Au 30 avril 2021, environ 25 191 personnes déplacées ont été enregistrées dans la région. Entre janvier et avril 2021, 3 229 nouveaux déplacés ont été identifiés contre seulement 1 089 personnes en 2020, à la même période.

Au 30 avril 2021, l’ensemble des réfugiés et des PDI dans la région est estimé à environ 106 277 personnes. Leurs besoins les plus cruciaux sont les vivres, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, les abris et biens non alimentaires, la santé, l’éducation et la protection.

URL:

Téléchargé le: